La référence des professionnels
des communications et du design

Les médias sociaux: le meilleur outil en temps de crise?

Thoma Daneau Stratège numérique, www.thomadaneau.com/

La réponse courte reste «ça dépend», mais nous avons pu voir, cette fin de semaine, qu'ils peuvent apporter beaucoup de bien. 

Notez que ce texte ne portera pas sur les très regrettables actes de terrorisme à Paris, mais sur l’aspect médias sociaux en temps de crise, prenant Paris comme exemple.

Les médias sociaux permettent de transmettre l'information plus vite que n’importe quel média qu’on pourrait qualifier de traditionnel. C’est la raison pour laquelle c’est toujours le canal le plus utilisé en temps de crise. Cette fin de semaine, on a vraiment pu voir toute leur force lorsque tout va mal.

Certains pourraient dire aussi que c'est une façon de partager des rumeurs, mais quand une masse aussi grande de personnes parlent d'un même sujet, les rumeurs sont facilement tuées (après être partagées beaucoup, bien sûr). 

Les médias sociaux sont aussi la meilleure façon de passer l’information de symboles rassembleurs. Jean Jullien, illustrateur français qui a signé Peace for Paris, ne sera plus jamais perçu de la même façon depuis qu’il a créé un des symboles largement utilisés. Il a été partagé des milliers, voire des millions de fois sur tous les réseaux sociaux.

Les médias sociaux ont été la façon la plus rapide d'être au courant de tout ce qui se passait sur les lieux, mais aussi de ce qui arrivait avec nos amis. Facebook a sorti son outil Safety Check, habituellement réservé aux catastrophes naturelles, pour la première fois lors d'un acte de terrorisme. Cela a toutefois généré certaines frustrations, car ce n’est pas la première fois qu’un acte de terrorisme survient. Ainsi, la question se pose: pourquoi privilégier l’utilisation cette fois contrairement à des frappes dans d’autres pays? Facebook répond en disant que c’était son premier test du genre pour les actes de terrorisme. Le temps nous dira si donc l'outil sera employé davantage à l'avenir.

Il s'agit aussi du meilleur outil pour exprimer ses sympathies envers les victimes et leurs proches. Vous avez donc sans doute vu un nombre impressionnant de publications concernant les événements.

Facebook permettait d’ailleurs de changer en un clic sa photo de profil pour y apposer les couleurs du drapeau de la France. Fait intéressant: Facebook comprend que le support peut être affiché de façon «temporaire» et permettait de mettre la photo pour une journée, une semaine, un mois ou toujours. 

 

Sur Twitter, mentionnons aussi le phénomène #PorteOuverte, qui permettait à chacun de signifier que sa porte était ouverte aux gens qui cherchaient à se réfugier.

 

Ensuite, #rechercheParis permettait à quiconque de transformer son tweet en avis de recherche:

Quant à YouTube, on diffusait sur sa plateforme la chaîne France24 afin de permettre aux internautes de suivre le déroulement des événements en temps réel.

 

Les marques ont été très silencieuses concernant le soutien envers les habitants de Paris. Il faut savoir que c'est un sujet très délicat que de manifester un tel soutien en temps de crise - plusieurs craignant de passer pour opportunistes.

 

comments powered by Disqus