La référence des professionnels
des communications et du design

Voici comment une entreprise qui agit en trou du c** peut bénéficier d’une crise médias sociaux

Thoma Daneau Stratège numérique, www.thomadaneau.com/

Créer une crise médias sociaux peut être très facile de nos jours pour une entreprise qui voudrait obtenir tout ce (mauvais) buzz. C’est ce qu’on peut croire quand on voit des organisations qui lancent fréquemment des produits controversés. Une crise médias sociaux sur le web est-elle payante?

Avant de lire la suite, prenez note que je désapprouve la mise en marché des vêtements présentés dans ce texte. 

Prenons par exemple un chandail vendu par Urban Outfitters qui évoque une tuerie dans une université américaine ou un autre vendu par Zara qui ressemble à l'uniforme des prisonniers juifs lors de la Seconde Guerre mondiale. C’est à croire que ces marques ont tout fait pour semer la pagaille sur les médias sociaux. Je vais donc me questionner sur les bénéfices de créer une crise médias sociaux en prenant l'exemple d'Urban Outfitters.

Du point de vue de la création de liens vers le site du détaillant, c’est extrêmement réussi. Urban Outfitters voit tous les grands sites de nouvelles pointer des liens vers son site web et une foule d’utilisateurs se diriger vers ses présences sociales (certains iront même jusqu'à s'abonner pour en savoir plus). Il est certain que toutes ces publications sont négatives et portent atteinte à la marque, mais les liens seront toujours là dans plusieurs mois lorsque tout le monde aura oublié le scandale. Un expert pourra peut-être nous dire si Google perçoit vraiment la négativité de ces liens.

La marque crée elle-même des polémiques pour faire parler d’elle et obtenir de la presse gratuite.

De plus, souvent ces esclandres sont générés par des marques qui nous ont déjà habitués à des scandales. Prenez n’importe quelle publicité d'American Apparel, elle sera toujours perçue comme trop sexuelle et fera jaser en ligne, elle sera peut-être même bannie, mais la marque continue et soutient ce type de contenu. Pourquoi se le cacher: la marque suscite elle-même des polémiques pour faire parler d’elle et obtenir de la presse gratuite. Ça marche très bien. Je ne suis pas un expert en image de marque, donc je ne vais pas m'avancer quant aux désavantages potentiels à long terme.

Est-ce que les non-clients de cet endroit vont continuer de s'abstenir tandis que ceux qui achètent là actuellement continueront de le faire? C’est la vraie question.

Chacun des consommateurs partageant les publicités d'une marque qu'elle désaprouve ne fait-il qu'aider le renforcement edgy de la marque? 

Et chaque consommateur partageant les publicités d'une marque qu'il désapprouve ne fait-il qu'aider le renforcement audacieux et osé de la marque? Qui sait. Cela encourage peut-être certaines personnes à admirer ce positionnement.

D’un côté médias sociaux, la marque doit s'attendre à passer un mauvais quart d’heure et à gérer des utilisateurs mécontents pendant un certain temps - et elle devra le faire avec beaucoup d’humilité. Par contre, elle y gagnera en notoriété, même si elle est négative. À l’heure de la publication de ce texte, le nombre de fans de la page Facebook d'Urban Outfitters était en hausse en comparaison à la semaine précédente. 

Voici un tableau montrant le nombre de tweets comprenant «Urban Outfitters» dans les derniers jours selon Topsy. Cela démontre que la marque gagne en notoriété, même si c’est pour avoir passé pour une très mauvaise entreprise.

Je ne recommande pas d’essayer de créer des crises médias sociaux si la provocation n’est pas dans votre ADN de marque.

En conclusion, je ne recommande pas d’essayer de créer des crises médias sociaux si la provocation n’est pas dans votre ADN de marque. Car malgré tout, certains gestes peuvent blesser et vous ne devriez pas concevoir des produits avec un impact négatif sur la vie des consommateurs. Peu de marques peuvent se permettre de telles actions sans en subir de très lourdes conséquences. Finalement, l'on ne sait pas l’ampleur que peut prendre une crise médias sociaux et toutes les conséquences possibles sur votre entreprise. 

Sérieusement, n'essayez pas ça à la maison.

Pour un exemple de crise médias sociaux contrôlée (et qui finit bien), je vous conseille de regarder Bentley Burial.

comments powered by Disqus