La référence des professionnels
des communications et du design

Réseaux sociaux en 2014: le top 10 des «fails»

Thoma Daneau Stratège numérique, www.thomadaneau.com/

Alors que certaines marques feraient tout pour obtenir un effet viral, il vaudrait parfois mieux passer inaperçu, surtout lorsqu'on se plante. Voici quelques marques devenues virales... pour les mauvaises raisons.

DiGiorno - Violence conjugale et pizza ne font pas bon ménage

Prendre un mot-clic populaire, puis l'utiliser sans vraiment rechercher pourquoi il est populaire n'est jamais une bonne idée. Surtout lorsqu'on compare l'envie de manger de la pizza et la violence conjugale.

Delta – Ghana et les girafes

Savez-vous où se trouve le Ghana et les animaux qui composent sa faune? Moi non plus, mais je ne publie pas non plus à partir d'un compte de société aérienne.

Donc, non, il n'y a pas de girafes au Ghana.

US Airways – Un tweet avec un avion dans un vagin

Il faut très faire attention quand on fait du copier-coller trop souvent, ça donne des résultats parfois explicites. Point en prime: on voit quand même un avion dans l'image.

Patriots de la Nouvelle-Angleterre – Une automatisation qui fait mauvaise presse

L'idée de départ: «On va remercier automatiquement les gens en créant des t-shirts avec le nom d'utilisateur de la personne.»

En pratique, c'est quelqu'un qui contourne les paramètres de protection et fait passer la marque pour des racistes.

 

Les experts médias sociaux qui s'emballent un peu trop - une chanson qui fait honte

Alors que l'idée était de transformer une chanson populaire, puis d'y ajouter des termes de médias sociaux, le résultat était un peu trop... enfin, voyez par vous-mêmes.

Exemples de paroles à faire grincer des dents:

I'm hoping you'll share my stuff
And tweet it to the world
If you help me grow my Klout,
I promise that I'll share yours  

The Dignity Project – Se faire hacker et dire des gros mots

C'est du moins la raison officiellement donnée par The Dignity Project après avoir traité de bitch une auteure très connue (J. K. Rowling) qui venait de donner (seulement) un million$ à l'organisme. Ah, on a gaffé, vite on va dire qu'on s'est fait «hacker». Classique.

On les pardonne, voici le mea culpa sur leur site web:

 

Bill Cosby – «Faites un meme de moi»

Si vous êtes Bill Cosby, vous devez vous dire que vous transformer en meme est une très bonne idée. Pas exactement. Il a décidé un bon matin de laisser les gens le «memefier» pour augmenter la portée de sa marque personnelle. Ce qui est arrivé: plus d'allégations de viol partagées à l'aide de l'outil.

L'idée de base: 

Résultats :

 

Sephora – Une lettre qui fait toute la différence

Si l'on vous dit le mot «countdown», ça ne vous fait pas réagir. Par contre, quand on enlève une seule lettre par erreur pour parler d'un événement, ça provoque une différence majeure. Sephora a donc eu une ouverture très médiatisée.

 

LG Bendgate: Rire de l'iPhone à partir d'un iPhone

Ça arrive à plusieurs personnes qui veulent promouvoir Android: se moquer d'Apple à partir d'un produit Apple. Voici l'erreur du gestionnaire de communauté de LG sur ce coup:

 

MasterCard – obliger le tweet tue le tweet

MasterCard a décidé de laisser des journalistes assister à la remise des prix Brit pour obtenir un peu de presse. Les conditions étaient simples: tweeter avec #pricelessSurprises et inclure @MasterCardUK dans la majorité de vos tweets. SNAP.

 

Comme quoi, personne n'est à l'abri d'une petite erreur sur les médias sociaux. Je nous souhaite une année 2015 encore plus remplie de fails!

-

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus