La référence des professionnels
des communications et du design

Un mot à la fois

Stéfany Chevalier Présidente, développement des affaires, Quintus Marketing

Le pouvoir de la communication pour faciliter une transition vers un monde plus social, collaboratif et vert. Une utopie?

«Ce texte fait partie d’une série de publications sur la marque citoyenne produite par le Collectif Communication Citoyenne (C3), un réseau d'experts multidisciplinaires sur la communication responsable.» 

Comment ne pas fermer les yeux devant tout ce négatif qui nous entoure, qui nous étouffe. Nous en sommes contaminés de partout. Les médias ne semblent que projeter que le monde va mal et que nous ne pouvons rien y changer. Donc, consommons plus pour ne plus ressentir notre mal de vivre.

Prendre le pouvoir

Et si nous prenions les choses en mains? Et si nous avions envie d’agir, ensemble! En tant que citoyen, que parents, que professionnels et surtout en tant que communicateurs. Il est important de comprendre notre rôle et d’oser changer de souliers, de crayon et surtout de message. On ne peut demander aux gens d’être responsables et d'agir si nous-mêmes nous trouvons trop difficile de transformer nos habitudes. Changeons nos lunettes et expérimentons une communication différente. Humaine, à l’image du monde que nous souhaitons façonner!

Tout est une question de perception… Je dépense, donc je suis?

Si l'on communiquait et exprimait nos pensées différemment? En fait, si l'on décidait simplement de regarder dans une autre direction? Aurions-nous déjà un pied vers cette voie de la transition? C’est bien ce que témoigne le succès du film Demain, gagnant du prix César 2016 du meilleur documentaire. Les solutions existent partout. Ces communicateurs et artistes ont exploré le monde afin de construire une nouvelle histoire, de prouver qu’il est possible de bâtir un avenir différent, positif et collaboratif!

Nous sommes tous citoyens

Pour réaliser du changement, ça prend des efforts et des actions. Non, il n’y a pas de changement si l'on ne change pas nos comportements. Nous devons donc apprendre à être responsables, à nous poser des questions et à considérer que nos besoins ne sont pas réels même si tout nous mène à croire le contraire.

Aujourd’hui, l'on nous enseigne que pour être heureux, nous devons répondre à nos désirs illimités. Sans quoi, nous avons l’impression de ne pas exister, de n’être rien et ne pas avoir accès au bonheur.  Tout est une question de perception… Je dépense, donc je suis?

Est-ce que consommer moins veut dire exister moins? La révolution commence avec soi, et nous devons absolument arrêter les jugements et laisser tomber les fausses croyances que nous ne pouvons rien y faire. Encourager le consommateur à acheter un produit dont nous connaissons les dangers est totalement le contraire de la logique d’une communication dite responsable.

Nous avons tous un pouvoir. Pour certains, il se matérialise sous la forme de mots. Créer l’étincelle grâce à un texte, générer la confiance grâce à un témoignage, faciliter le changement en le communiquant. Je suis convaincue de la puissance de la rédaction, des mots et surtout celle de la communication responsable. Les gens sont en quête de sens, de réponses, d’options… Nos textes, nos paroles, nos expériences peuvent faire évoluer des vies.

La locomotive du développement durable

Lors d’une table ronde, organisée par Copticom en septembre dernier à la Maison du développement durable, la réflexion proposée était la suivante:
«Est-ce que l’idée de faire de l’économie québécoise une économie innovante, à faible empreinte carbone qui combine les éléments des économies verte et sociale est encore utopique?»

Est-ce que consommer moins veut dire exister moins? La révolution commence avec soi, et nous devons absolument arrêter les jugements et laisser tomber les fausses croyances que nous ne pouvons rien y faire. 

À l’occasion de cette discussion, tous s’entendaient sur ce point: une transition est nécessaire! Jean-Martin Aussant, directeur général du Chantier de l'économie sociale du Québec, a témoigné ce jour-là que le Québec avait tout pour devenir un modèle et la locomotive du développement durable. L’urgence d’agir se faisait ressentir et les réflexions fusaient de part et d’autre.

Il faut repenser le vocabulaire pour engager les gens. On doit surtout mettre les éléments positifs de l’avant. Il faut cultiver l’espoir, connecter avec le citoyen et inspirer une prise de conscience collective. Il faut faciliter le consensus et développer une vision sociale à long terme pour ainsi atteindre l’équilibre.

Ce n’est pas qu’un simple discours! Exprimons-nous pour construire un nouveau dialogue positif. La communication responsable et citoyenne a plusieurs rôles à jouer. Éduquer, sensibiliser, inspirer et unir pour générer de la cohérence dans un monde où tout évolue rapidement. Si l'on s’engage et qu’on agit, un mot à la fois, nous réussirons.

__

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus