La référence des professionnels
des communications et du design

Relationnistes et journalistes: alliés de tous les jours?!

Serge Vallières Directeur conseil, Citoyen Optimum

Ces derniers mois, j'ai eu l'occasion de m'entretenir à plusieurs reprises avec des étudiants de l'Uqam et de l'Université d'Ottawa pour discuter des relations de presse et de l'utilisation des médias sociaux.

Avec des exemples concrets, j’ai réussi à piquer la curiosité des futurs professionnels, et cela confirme que l’avenir de notre profession est assuré! Fait à noter, chaque fois que j'aborde la relation entre journaliste et relationniste, plusieurs étudiants me posent la question qui tue: «Est-ce que les relationnistes sont les amis des journalistes et vice-versa?» Excellente question!

La réponse n’est ni oui ni non. En fait, j'aime plutôt penser que nous sommes des alliés de tous les jours (autant que faire se peut) et que dans l'exercice de nos fonctions, nous avons intérêt à travailler ensemble pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, je crois que bâtir des relations de confiance mutuelles est à la base de notre profession. Dans la même veine, disons que ce principe m'a toujours permis d'entretenir d'excellents liens avec les journalistes que je côtoie depuis mes premiers pas en relations publiques, il y a 10 ans.

Deuxièmement, j'aime croire que c'est notre devoir professionnel de créer des histoires qui frappent l'imaginaire, s'inscrivent dans l'actualité et, surtout, servent autant l'intérêt des journalistes avec qui l'on collabore que la marque pour laquelle nous sommes appelés à agir comme agent de liaison ou, comme je me plais à nous qualifier, comme «vecteur de rayonnement».

c'est notre devoir professionnel de créer des histoires qui frappent l'imaginaire, s'inscrivent dans l'actualité et servent autant l'intérêt des journalistes avec qui l'on collabore que la marque pour laquelle nous sommes appelés à agir.

Troisièmement, il y a deux côtés à une médaille et à l'ère de l'information (et du contenu) qui avance plus vite que la force G, il faut accepter le fait que l'histoire racontée par ledit journaliste va exposer des faits positifs, neutres et négatifs, et notre rôle est d’optimiser l’information avec des données tangibles, des éléments de nouveauté, des visuels percutants et, enfin, en facilitant l'accès du journaliste à des porte-parole crédibles, pertinents et bien préparés. Tout ça, dans l’unique but de simplifier leur travail qui s’est grandement transformé et complexifié ces dernières années.

Je suis d'avis que les marques avec lesquelles nous travaillons doivent, plus que jamais, créer et favoriser l’accès à du contenu inédit qui surprendra l’univers des médias de façon positive. C'est à nous, en tant que consultants au regard externe, à accompagner nos clients et à les encourager à emboîter ce pas, qui, ultimement, leur sera bénéfique dans une perspective de dialogue interactif avec leurs publics cibles.

Et puis, êtes-vous l’ami ou l’allié des journalistes?!

__

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus