La référence des professionnels
des communications et du design

À tous les finissants en communication

Renaud Martel-Théorêt Coordonnateur principal, Morin Relations Publiques

Félicitations! Tu as enfin un bac en poche, maîtrises la théorie de Shannon comme personne et rêves déjà au moment où tu participeras à C2 Montréal, toi aussi.

Et maintenant? Comment rentabiliser tes premières années au maximum dans le milieu? Prends l’été pour aller vivre la #PuraVida si tu en ressens l’appel et, à ton retour, suis ces quelques conseils d’un jeune professionnel des relations publiques qui était dans tes souliers il n’y a pas si longtemps.

Rien ne sert de partir à point si tu n’es pas préparé
Avant d’envoyer ton CV à tous les chercheurs de têtes qui t’ont ajouté sur LinkedIn, t’as un peu de travail à faire. Évidemment, la refonte de ton curriculum est en tête, aussitôt suivie du grand ménage de tes médias sociaux. Ne va pas changer ton nom sur Facebook pour éviter qu’on te retrouve, ça serait sous-estimer les employeurs qui veulent voir ta personnalité, ce qui te passionne et s’assurer que tu as un minimum d’autocensure.

La préparation, c’est aussi un gros travail d’introspection. Après des années d’université, comment te démarques-tu? Dans quel genre de milieu veux-tu évoluer? Dresse-toi un plan à court et à moyen terme, et bâtis tes expériences de travail en gardant tes objectifs en tête. La beauté des communications, c’est que tu peux pratiquer dans le domaine de ton choix et tu peux même faire comme moi et opter pour l’agence qui te permet de réellement toucher à tout! Par contre, choisis bien! Tu veux un premier emploi formateur dans lequel tu trouveras un mentor pour t’offrir des bases solides.

ne va pas changer ton nom sur Facebook pour éviter qu’on te retrouve, ça serait sous-estimer les employeurs qui veulent voir ta personnalité, ce qui te passionne et s’assurer que tu as un minimum d’autocensure.

Deviens «la perle rare» dont tout le monde parle
Maintenant que tu sais où tu veux postuler, comment te démarquer des autres candidatures? À moins que ton diplôme soit en or massif, il vaut sensiblement la même chose que celui des autres finissants. Ta valeur ajoutée va se retrouver dans tous les autres engagements à ton actif. Bénévolat, stages, associations étudiantes, comités événementiels, contributions à des blogues ou des journaux étudiants: les possibilités sont nombreuses et même si l’idéal est de s’y mettre dès le début de son bac, il n’est jamais trop tard pour donner de ton temps et mettre ton talent à contribution.

Suivant l’un des préceptes des relations publiques: si quelqu’un de l’entreprise dit que t’es un bon candidat, ça a bien plus de valeur que si tu le dis toi-même. Bâtis-toi un réseau de personnes qui pourront témoigner de tes talents et qui t’estimeront. Sors, engage-toi, rencontre des gens! C’est pas parce que tu n’as pas un titre prestigieux que tu dois avoir peur des événements de réseautage, intéresse par ta personnalité. À l’inverse, n’attribue pas ton attention qu’aux VP de la place. Chaque personne, peu importe son milieu d’activité ou son poste, peut t’apporter du positif, que ce soit professionnel ou personnel.

Prends conscience de ta valeur
Finalement, mets de côté le syndrome de l’imposteur et donne tout ce que tu as dans ton premier emploi. T’es un millénial et pour les employeurs, t’es l’occasion de mettre en pratique les 1001 articles qu’ils ont lus sur le sujet, mais tu es aussi la personne toute désignée pour les aider à communiquer avec cette cible. Informe-les des nouveaux médias sociaux que tu utilises et des influenceurs émergents que tu suis, tu leur confirmeras qu’ils ont fait le bon choix en t’embauchant. En échange, fais mentir ce qu’on dit sur notre génération et sois fidèle à ton employeur, ça ne saura que t’être bénéfique dans ta carrière future. Bonne chance!

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus