La référence des professionnels
des communications et du design

Obama et le rayonnement international de Montréal

Raphaël Melançon conseiller, Cabinet de relations publiques NATIONAL

C’est à Montréal que le président Barack Obama a choisi de prononcer son tout premier discours au Canada depuis qu’il a quitté la Maison Blanche, en janvier dernier. De la visite certes très prestigieuse pour la métropole, mais quelles ont été les retombées concrètes de cet événement en ce qui a trait à l’image de la ville à l’étranger?

L’Histoire retiendra probablement peu de choses du contenu de ce discours, où il n’y avait pas grand-chose de nouveau. En effet, l’ancien président américain s’en est surtout tenu à des thèmes qui lui sont chers tels que l’environnement, l’innovation, le libre-échange, la démocratie et la place des femmes en politique, évitant du coup les déclarations-chocs et les attaques frontales contre les orientations politiques de son successeur.

Néanmoins, les milliers de spectateurs réunis au Palais des congrès de Montréal semblaient comblés d’avoir l’occasion de voir et de l’entendre livrer cette allocution avec toute l’éloquence et l’humour qu’on lui connaît. Un style unique, gracieux. Face au charisme de cet orateur hors pair, il était pour le moins difficile de résister à l’envie de se laisser emporter par l’ambiance enivrante de cette foule conquise d’avance.

Sans grande surprise, la presse écrite américaine arrive au sommet du palmarès avec pas moins de 17 mentions dans de grandes publications.

Cela dit, il est tout de même intéressant de s’attarder à l’imposant battage médiatique, tant au Canada qu’à l’étranger, qu’a engendré l’événement ainsi que la visite, plus tard en soirée, du 44e président américain au réputé restaurant montréalais Liverpool House, en compagnie du premier ministre Justin Trudeau.

Ainsi, avec l’aide de ma collègue Lynda Pelletier, conseillère et spécialiste en analyse des médias, j’ai recensé les articles mentionnant la visite d’Obama à Montréal publiés dans les grands médias du monde. Les résultats parlent d’eux-mêmes:

Sans grande surprise, la presse écrite américaine arrive au sommet du palmarès avec pas moins de 17 mentions dans de grandes publications telles que Time Magazine, Los Angeles Times et USA Today. Le Royaume-Uni et le Mexique arrivent loin derrière, à égalité, avec sept mentions, suivis de près par la France avec six mentions dans les principaux médias écrits de l’Hexagone.

Du côté de la radio et de la télévision, la situation est tout autre, alors que nos cousins d’outre-Atlantique arrivent loin devant. En effet, 20 mentions ont été recensées sur les ondes de la radio et de la télévision française, notamment auprès d'Europe 1, BFM, RTL, France Info et France Inter, pour ne nommer qu'elles. Le réseau TV5 Monde, diffusé dans 291 millions de foyers dans 200 pays, a également repris la nouvelle. Considérant que la télévision française s’intéresse généralement peu à l’actualité d’ici, ces chiffres sont pour le moins étonnants. Au second rang, les grandes chaînes de télévision américaines, dont CNN, ABC et NBC, ont abordé huit fois la visite de Barack Obama à Montréal, alors qu'au Royaume-Uni, seule la BBC l’a rapportée.

Au final, la venue d’un invité de l’envergure de Barack Obama était une occasion en or pour Montréal d’associer son nom à celui d’un leader sur la scène mondiale et de se positionner, entre autres, dans les domaines de l’environnement, de l’innovation et des affaires. Les observateurs et commentateurs ont d’ailleurs été nombreux à saluer, avec raison, ce grand coup de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Et c’est d’autant plus vrai lorsqu’on sait que Barack Obama a aussi songé à d’autres villes canadiennes pour prononcer son discours avant de finalement arrêter son choix sur notre métropole.

À la lumière de la couverture médiatique et de la visibilité ainsi obtenue dans le monde, on peut affirmer sans contredit que, sur le plan du rayonnement international de Montréal, c’est mission accomplie!

 

__

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus