La référence des professionnels
des communications et du design

Communiqués: allons droit au but!

Raphaël Melançon conseiller, Cohn&Wolfe

Loto-Québec annonçait récemment son intention de rendre ses communiqués plus clairs et plus concis. Bonne ou mauvaise idée pour les professionnels des relations publiques? Dans notre industrie en constante évolution, la question se pose…

L’importance de la première impression
C’est bien connu; on n’a qu’une chance de faire bonne impression. Tout se joue dans les sept premières secondes. Cela vaut autant pour un entretien d’embauche que pour un premier rendez-vous… et même pour les relations médias.

Le modèle proposé par Loto-Québec respecte à la lettre ce principe. En présentant dès le départ les faits saillants du communiqué sous forme de «bullet points», en divisant la nouvelle en sections et en mettant les citations en exergue, la nouvelle est condensée. Ainsi, le journaliste comprend très rapidement ce dont il est question. On capte donc beaucoup plus vite son attention, ce qui augmente du coup nos chances de voir la nouvelle publiée.

La société d’État a bien saisi la nouvelle réalité des médias. 

S’adapter aux changements dans les médias
La société d’État n’est pas la première à adopter ce modèle. La Ville de Gatineau, entre autres, l’utilise déjà. Mais Loto-Québec devient, sauf erreur, la plus importante entité québécoise à changer radicalement sa façon de rédiger ses communiqués pour s’adapter à la nouvelle donne dans le vaste monde des médias.

Nous savons tous que la profession journalistique traverse de profondes transformations. Les grands médias cherchent constamment à faire plus avec moins de ressources. Comme l’affirme le directeur des communications et des relations de presse de Loto-Québec, Patrice Lavoie: «Les journalistes reçoivent quotidiennement une très grande quantité d’information, tout en ayant de moins en moins de temps pour la traiter».

La société d’État a bien saisi la nouvelle réalité des médias. J’ai moi-même été témoin de ce phénomène lors de mes années passées dans la salle de rédaction de TVA, à Montréal. Quand votre chef de pupitre vous demande de résumer en seulement 25 secondes un communiqué gouvernemental de deux pages et demi, il devient parfois difficile de s’y retrouver, d’autant plus que le temps qui vous est accordé pour accomplir cette tâche est extrêmement limité.

pour la grande majorité des nouvelles, ce nouveau modèle facilitera assurément le travail des journalistes, contribuant du coup à améliorer nos chances d’obtenir la visibilité médiatique tant recherchée par nos clients.

Les relations publiques étant intimement liées au métier de journaliste, force est de constater que notre profession, tôt ou tard, devra s’adapter, à son tour, à cette nouvelle donne.

Traditionnellement, le communiqué se voulait un calque d’article de presse. Jadis, en reprenant le modèle en entonnoir – aussi appelé pyramide inversée – préconisé par la presse écrite, on cherchait ainsi à ce que notre communiqué soit repris entièrement dans les pages du journal du lendemain. Or, avec la multiplication des plateformes et l’accélération du cycle de vie des nouvelles, ce modèle ne tient tout simplement plus la route. Il faut, plus que jamais, aller droit au but et donner le plus vite possible aux reporters l’information pertinente qu’ils pourront immédiatement relayer sur leurs plateformes, tant numériques que traditionnelles, à commencer par les réseaux sociaux.

Un modèle universel?
Certes, ce modèle communiqué simplifié ne s’applique pas à toutes les sauces. Par exemple, les nouvelles de nature plus technique, qui nécessitent un niveau de détail plus important, ne seront pas appropriées pour ce genre de communiqué. Il pourrait en être de même pour les nouvelles financières, où l’on ne peut tout simplement pas omettre certains points, au risque d’insécuriser les investisseurs ou de bafouer les directives des autorités règlementaires… Mais il n’en demeure pas moins que, pour la grande majorité des nouvelles que nous sommes appelés à traiter dans le cadre de notre travail, ce nouveau modèle pourra s’appliquer sans problème et il facilitera assurément le travail des journalistes, contribuant du coup à améliorer nos chances d’obtenir la visibilité médiatique tant recherchée par nos clients.

L’idée fera-t-elle son chemin jusque dans les grandes firmes de relations publiques du Québec? Chose certaine, avec ses communiqués optimisés, Loto-Québec trace la nouvelle marche à suivre pour les entreprises et les organismes, tant publics que privés, qui souhaitent augmenter leurs chances de succès avec leurs opérations de relations médias.

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus