La référence des professionnels
des communications et du design

Le bon coup médiatique de la semaine: Star Wars

Pierre Gince ARP, président, Mesure Média et Direction Communications stratégiques

Les fans finis de Star Wars ont mis de côté leur magasinage des Fêtes puisqu’un événement incontournable les rassemble: le lancement interplanétaire du film Star Wars: The Last Jedi.

L’action se passe à la fois sur les grands écrans et énormément dans les médias sociaux. Bien sûr, les médias traditionnels ne veulent pas être relégués à des rôles de simples figurants, mais ils doivent subir la Force… de la puissante machine Disney – notamment à cause des embargos imposés avant de pouvoir commenter…

MONTAGE: ÉTIENNE GOYER-GINCE

SOURCE: DORKSIDEOFTHEFORCE.COM

 

À chacun son monde réel et virtuel

Un fait saute aux yeux: l’impact du plus récent film de Lucasfilm est très différent, selon qu’on s’informe principalement dans les quotidiens, à la radio, à la télévision ou sur Facebook et Twitter.

Déjà, la fin de semaine dernière, Star Wars: The Last Jedi était un sujet dominant dans les médias sociaux – alors qu’il était à peine présent dans les médias traditionnels du Québec. C’est ce qui a amené Philippe Melbourne-Dufour à s’interroger dans sa chronique Sac de chips du 12 décembre sur le site du Journal de Montréal: «C’tu juste moi ou personne est excité de voir le nouveau Star Wars?».

Deux modes d'infos cohabitent, et les décideurs sont bien différents.

Deux modes d'information cohabitent, Et les décideurs sont bien différents.

D’une part, les médias traditionnels s’adressent à de larges publics et ils décident à quoi les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs s’abreuveront. D’autre part, dans les médias sociaux, les consommateurs ont accès à d’innombrables fontaines – qui jaillissent ou se tarissent tous les jours – et ils n’ont que l’embarras du choix pour y choisir du contenu qui fait consensus ou qui semble exclusif…   

 

Prenons deux exemples: avec près de 9000 fans québécois de Star Wars, L'univers de Jef et Kim est une communauté digne de ce nom. Il s’agit de véritables fans finis qui créent des costumes et se font tatouer leurs personnages préférés! D’une certaine manière, cette communauté est aussi importante que la page Facebook d’Unité 9 – qui doit plaire à Radio-Canada et au producteur Aetios avec près de 225 000 abonnés – mais qui touche une clientèle beaucoup plus diversifiée et non engagée.

Combien?

IL Y A EU 860 MENTIONS DE STAR WARS DANS LES MÉDIAS QUÉBÉCOIS DEPUIS LE 9 DÉCEMBRE. EN COMPARAISON, LE CANADIEN A généré 3380 MENTIONS. 

 

 

 

 

Sur les médias sociaux maintenant: depuis un mois, plus de 10,7 millions de fans dans le monde ont aimé, partagé ou commenté sur les plateformes de Star Wars (Facebook, Twitter, Instagram et YouTube).

La publication la plus populaire a été publiée sur Instagram, le 5 décembre dernier; elle a obtenu 326 000 commentaires ou «j’aime»!  

Sur l'agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, Star Wars: The Last Jedi obtient un  pointage de 94% (après avoir frôlé la perfection, à 98%, il y a quelques jours).

Nous avons analysé trois de ces retombées au bénéfice de la marque Star Wars:

· Star Wars. Les derniers Jedi»: salmigondis galactique, François Lévesque, Le Devoir, 13 décembre, page B8

Presque toutes les variables sont négatives, dont celles-ci: titre, amorce, mortaise, traitement journalistique, etc. Déficit de -9900$;

·  Respecter le produit, Marc Cassivi, La Presse+, 13 décembre, Arts3

Même si l’auteur a peu aimé le film, la majorité des variables sont neutres, dont celles-ci: titre, amorce, photo, etc. Gain de 29 120$; 

·  Star Wars: The Last Jedi’ Embraces the Magic and Mystery. Read Our Review., The New-YorkTimes.com, 12 décembre

Toutes les variables sont positives, dont celles-ci: titre, amorce, critique, photos, etc. Gain de 44 395$;

Et maintenant…

Que Star Wars obtienne une visibilité plus modeste dans les médias traditionnels n’empêchera pas Disney de faire fortune grâce au film… puisque les fans finis sont abondamment alimentés – depuis plusieurs semaines – par les médias sociaux!

Sur ce, je vous souhaite de joyeuses Fêtes! Le dévoilement de nos «Tops et flops médiatiques» est prévu au cours des prochains jours, et cette chronique reviendra le 11 janvier prochain.

 

Chaque semaine, Mesure Média présente le gain de réputation (ou le déficit) enregistré par une marque, une organisation ou une personnalité au cours de la semaine.

Note: Après avoir tenu compte du coût publicitaire avant négociation d’une retombée de presse, nous évaluons différentes variables d’analyse afin d’établir le gain ou le déficit de réputation de la retombée. Le gain ou le déficit de réputation (en dollars) d’une retombée est calculé à partir de plusieurs critères quantitatifs et qualitatifs pondérés, dont le traitement journalistique accordé au message ainsi que les aspects graphiques et visuels.

 

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.