La référence des professionnels
des communications et du design

La revanche des duchesses

Pierre Gince ARP, président, Mesure Média et Direction Communications stratégiques

Le Carnaval de Québec s'est transformé, mais a su conserver son identité; Pierre Gince, président de Direction Communications stratégiques et président de l'Alliance des cabinets de relations publiques du Québec, jette un coup d'oeil sur cette leçon de gestion.

À l'aube de sa 60e édition, la direction du Carnaval de Québec a pris le pari de transformer sensiblement cet événement majeur, tout en protégeant son ADN. Ce pari a été relevé avec brio. 

Durant la dernière année, le Carnaval a revu de fond en comble son modèle d'affaires, ce qui a permis l'augmentation de l'achalandage sur le site.

Jean Pelletier, directeur général du Carnaval, mentionnait dans l'hebdomadaire L'Actuel les différents facteurs ayant contribué au succès de la dernière édition: «Le retour apprécié des duchesses, huit rues carnavalesques en fête et un contenu renouvelé aux quatre coins de la ville ont permis à la 60e édition du Carnaval de Québec d'augmenter d'environ 20% la participation aux activités de notre grand rendez-vous festif hivernal.»

Pour sa part, Denis Simard, président du conseil d'administration du Carnaval de Québec, a eu très tôt l'impression que les duchesses appartiennent à la symbolique de Québec, comme les Remparts, les Nordiques, Bonhomme et le château Frontenac. Et que leur retour s'imposait, en tenant compte du Québec d'aujourd'hui.

En plus, les «classiques» du Carnaval sont demeurés, mais ils ont été modernisés: le palais de Bonhomme a été agrandi et meublé, le diadème de la reine est devenu une tuque scintillante, la chanson-thème a été redynamisée, etc.

... et le vent tourna le 18 octobre 
Bien que le Carnaval ait obtenu d'excellentes retombées de presse pour sa 60e édition, le défi était de taille en raison de la controverse sur les duchesses. 

Le 18 octobre dernier, le Carnaval a orchestré leur grand retour. Dès cet instant, le vent tourna à Québec: une gigantesque campagne de relations publiques, réalisée sur plusieurs semaines, a touché différents publics. 

Selon Jean David, qui a fait sa marque au Cirque du Soleil et qui a joué un rôle-clé dans cette campagne, il y aura eu, à l'aube de la 60e édition, «l'avant 18 octobre» et «l'après 18 octobre».

Parmi les indicateurs du succès du Carnaval en 2014, il y a évidemment la couverture de presse. 

Ainsi, du 18 octobre 2013 au 17 février 2014, le Carnaval de Québec a obtenu 840 retombées dans la presse écrite et les principaux sites web d'information, et plus de 50% parlaient du retour des duchesses. Durant la même période l'an dernier, le Carnaval avait obtenu 613 retombées (source: Cedrom-SNI). 

Un des reportages au plus grand impact se trouve dans l'édition du samedi 1er février du quotidien Le Soleil: l'essentiel de la une et toute la page 2 ont été consacrés au président bénévole, Denis Simard. Selon notre outil d'évaluation du contenu des médias mesure-d, le gain de réputation de la page 2 pour le Carnaval est de 45 965$.

Évidemment, des retombées de presse ont traité de l'insatisfaction liée au retour des duchesses.

Un incident aurait pu perturber l'événement, soit la présence des Femen au couronnement des duchesses. Malgré tout, le reportage de Radio-Canada Télévision, qui traitait du couronnement, a généré un gain de réputation de 30 950$ pour le Carnaval.

Conclusion: Bonhomme peut bien se retirer paisiblement jusqu'à l'an prochain pour poursuivre le renouvellement de son Carnaval...

comments powered by Disqus