La référence des professionnels
des communications et du design

Les dommages du «design de comité»

Olivier Bruel Graphiste et directeur artistique, freelance

Qu’est-ce que le «design de comité»? C’est un processus consultatif de création visuelle dans lequel les designers s’effacent au profit de la volonté collective. Le résultat satisfait tout le monde, mais n’enthousiasme personne. Le nouveau logo de Québec solidaire en est un exemple.

Logo de Québec solidaire

Après un processus de trois mois aussi médiatisé que discutable – je vous en parlais ici –, Québec solidaire (QS) a dévoilé enfin son nouveau logo. Rien de trop inattendu, puisque l’œuvre faisait partie des quatre propositions finalistes présentées en décembre. Un humain orange, deux formes bleues, une nouvelle typographie et une ébauche de charte visuelle, voilà les éléments présentés.

Là où ce logo échoue…

1. D’abord, pourquoi changer son logo? QS traverse une phase de changement, notamment avec l’absorption d’Option nationale. Le nouveau logo doit représenter cette évolution, mais n’y parvient pas dans la mesure où il ne fait que reprendre l’idée de l’ancien. Alors, pourquoi n’avoir pas gardé le logo de 2006 en ajoutant simplement le bleu qui symbolise ON?

2. Revenons à notre «design de comité». Si récolter les idées des membres et du public, puis de soumettre les pistes au jugement collectif permet de se conformer à l’esprit démocratique du parti, cette méthode aboutit rarement à des créations fortes. Il est connu dans le milieu de la création que la qualité est inversement proportionnelle au nombre d’intervenants… surtout si ceux-ci méconnaissent la chose graphique. L’audace ne survit à aucun comité, et le risque est grand d’accoucher d’une image convenue et aseptisée. QS, qui se définit comme progressiste et dynamique, n’a visiblement pas évité cet écueil.

3. Corollaire du point précédent: un vrai graphiste évite les clichés. Or le «logo-bonhomme» qui se pavane sur des milliers de logos de garderies et de centres communautaires depuis les années 80 en est un. Si vous googlez «logo design clichés», vous trouverez notre dynamique personnage (non genré) dans la liste des trucs à éviter si l’originalité fait moindrement partie de vos valeurs.

clichés

 

4. L’amateurisme d’un logo nuit à la crédibilité de l’organisation qu’il incarne. Il est donc essentiel qu’un designer établisse un langage graphique solide et réfléchi pour contrer les inévitables idées «géniales» telles que si l'on mettait un bonhomme, ça ferait plus humain! Rappelons qu’avec un raisonnement aussi littéral, le logo d’Apple serait un ordinateur et celui de Nike, une chaussure.

5. Malencontreusement, cette nouvelle identité apparaît en plein Tide Pod Challenge, ce phénomène viral stupide et potentiellement mortel qui consiste à avaler des capsules de lessive. La ressemblance entre le logo et les capsules est telle que même le compte Twitter du parti a relayé le clin d’œil. Amusant, mais difficile à avaler!

Tide Pods

6. En octobre dernier, le dévoilement de quatre premières esquisses avait déclenché de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. L’une elles, conçue par un internaute du nom de Lazlo et largement partagée, proposait un nouveau logo sous la forme d’un drapeau dont les deux bandes horizontales semblent peintes avec une large brosse. À l’écoute de l’opinion publique, l’équipe de QS a donc incorporé cette nouvelle idée à sa deuxième présentation, en décembre. Toutefois, malgré son impact graphique et un certain soutien populaire, le logo-drapeau n’a pas été retenu.

Lazlo

 

… et ce que ce logo réussit

7. Voyons maintenant les côtés positifs. Le plus évident, c’est que QS n’a jamais abandonné la prémisse démocratique de sa nouvelle image. Les membres et le grand public ont été invités à se prononcer à chaque étape, et ils ont (probablement) été écoutés. 

8. L’image de marque a maintenant deux couleurs complémentaires: l’orange et le bleu. En plus, ces teintes portent les noms charmants de Clémentine et Bleuet! Bien exploitée, cette combinaison rompra avec l’exploitation monochrome des dernières années, qui nous faisait oublier qu’à son origine, le logo était multicolore.

9. Le parti nous promet une série de déclinaisons créatives et colorées dans lesquelles le logo ne tiendra qu’un rôle de signature. Le foisonnement visuel pourra donc battre son plein, envers et contre tout!

affiches

 

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus