La référence des professionnels
des communications et du design

Les 16 meilleurs et pires logos de 2016

Olivier Bruel Graphiste et directeur artistique, freelance

Année olympique, année de promesses environnementales, année électorale chez nos voisins américains, année de deuils et de désillusions pour beaucoup, que vaut 2016 en matière de logos? Voici une sélection tout à fait subjective des meilleurs coups et des pires échecs. Il y en a pour tous les goûts!

Extrait du logo des Jeux olympiques Rio 2016

(Détail du logo des Jeux olympiques de Rio)


Les meilleurs
 

SOH

Logo lyrique
Comment créer un logo à la hauteur de lʼemblématique opéra de Sydney? Ici, le pari est gagné avec élégance, rigueur et sensibilité, sous la forme de deux éléments complémentaires: un pictogramme qui reprend les courbes architecturales avec un certain élan, et une typographie qui serait presque banale si elle n'était pas ciselée en 3D. Cʼest inspiré, et cʼest signé Interbrand Australie.
 

Campo

Ton poulet est en feu
Concocté par la petite agence montréalaise Polygraphe, lʼimage de marque du resto portugais Campo donnerait de lʼappétit à un végétarien! Lʼesprit décontracté urbain – ça ressemble à un cliché! – est taillé sur mesure pour cette rôtisserie branchée aux dimensions intimes. Rôti dans des tons traditionnels et chaleureux, le logo attire les sourires, même sʼil représente une volaille en feu.
 

Noji

Lʼun dans lʼautre
Noji est un cabinet dʼarchitectes irlandais dont le logo très dépouillé présente une caractéristique unique: il est emboîtable! Le designer Robert Boyle a imaginé les quatre lettres en trois dimensions et a poussé la démarche jusquʼà en réaliser une version en bois. Une identité solide!
 

Kodak

Retour vers le futur
Poids lourd de la photographie grand public pendant plusieurs générations, Kodak subit une profonde remise en question depuis la révolution numérique. Après avoir adopté en 2006 un logo moderne, mais fade, la firme américaine a osé la nostalgie cette année en réimplantant une version à peine modifiée de son logo patrimonial. Ce pari audacieux trouvera-t-il son écho auprès du public?
 

Paris

La Tour, la Lune et puis nous
L’Office du tourisme et des congrès de Paris a confié à Graphéine le mandat de revoir son image, en cette période troublée. Le défi a été relevé avec une incontournable tour Eiffel, un chouia de romantisme et une belle tranche de simplicité. Comme un verre de vin au son de lʼaccordéon, un soir dʼété. Jʼai le droit dʼabuser des clichés: je suis Parisien!
 

Echo

Allô... ô... ô... ô!
Echo est un téléphone intelligent dont le nouveau logo fait écho au nom qui fait écho à sa vocation. Pas grand-chose à dire que le logo ne dise lui-même: une astuce typographique toute simple transforme la moitié de l'e et de l'o en ondes qui émanent du logo comme le son dʼun téléphone. Élégante et sans prétention, cette nouvelle identité est signée par lʼagence parisienne Brand Brothers.
 

Oslo

Un vélo qui nous regarde
Oslo Bysykkel, service de vélopartage norvégien, sʼoffre cette année un logo particulièrement expressif, conçu par le studio local Heydays. Déclinée en affichage et en application mobile, cette collection dʼhumeurs avec des roues à la place des yeux accompagne les cyclistes dans leurs périples à «bysykkel», rendant pratiquement impossible tout cas de rage au guidon.
 

NYP

New York, New York!
Plus proche de l'esprit de Broadway que de celui des symphonies, le nouveau logo de l'orchestre New York Philharmonic, conçu par lʼagence californienne MetaDesign, atteint deux objectifs: parler de musique vivante et évoquer immédiatement la vibration culturelle propre à New York. Rien de révolutionnaire dans cette relecture typographique des années 60 avec des lignes qui sortent du cadre, mais on se laisse emporter par quelque chose de familier et de grandiose à la fois, qui fait lever la tête et taper du pied.


Les pires

 

Heart&Stroke

Crise de cœur
Impossible de passer à côté. Le mois dernier, la Fondation canadienne des maladies du cœur et de l'AVC dévoilait son nouveau logo et provoquait un infarctus généralisé dans le milieu créatif canadien. Conçue par la célèbre agence américaine Pentagram, cette nouvelle identité commettait le double affront de voler un mandat aux créateurs nationaux et dʼignorer notre légendaire bilinguisme avec un jeu de mots intraduisible. Depuis le dévoilement, la bataille fait rage ici, ici, ici, ici et .
 

Subway

La flèche qui tue
L'ancien logo de Subway dégageait une forte odeur dʼannées 80, mais au fond, cʼest peut-être ce qui faisait son charme. Surtout si on le compare à celui dévoilé cet été. Reprenant grosso modo les codes de son prédécesseur, cette chose abandonne le dynamisme des italiques au profit de lettres verticales, lourdes et molles, le code couleur nʼaidant guère à rendre lʼensemble digeste. Mais le pire, ce sont ces flèches... surtout celle qui force la barre du Y à faire un quart de tour avec la délicatesse dʼun lutteur qui fracture un humérus! Officiellement, aucune agence graphique nʼa revendiqué cette création. Par peur des représailles?
 

Sears Canada

Changez tout
Stratégie de panique pour Sears Canada, qui efface des décennies de reconnaissance visuelle chèrement acquises pour adopter un logo banalisé, en totale rupture avec lʼhéritage de la marque. Tentative dʼéviter la faillite ou aveu dʼéchec? Lʼavenir nous le dira.
 

Trump + Pence


Horny white men
Depuis deux ans, les indélicatesses de Donald Trump font les manchettes, mais il est rare que ses «faux pas» concernent le design graphique. Cet été, son bureau de campagne a pourtant dévoilé un logo assez croustillant dans lequel le candidat se livrait métaphoriquement à des actes bien peu républicains avec son colistier Mike Pence. Après quelques jours de risée publique, le sulfureux pictogramme a été retiré pour laisser sa place à un logo typographique dépourvu de tout symbole.
 

The MET


L'art dʼen MET trop
Désormais désigné sous le nom «THE MET», le Metropolitan Museum of Art de New York a récolté beaucoup de commentaires – pas tous positifs – lors du dévoilement de son nouveau logo. Cʼest surtout du côté des designers et des typographes que vient la grogne, car les triturations typographiques infligées aux six pauvres majuscules par lʼagence Wolff Olins ont tout pour faire grincer les dents des amateurs de belles lettres...
 

Université Laval

Une université qui fait fureur
En mars, nous découvrions la campagne de financement de lʼUniversité Laval, à Québec, et nous apprenions quʼun alérion était un rapace. Et soudain, un douloureux rapprochement dʼimages nous sautait aux yeux: l'affiche reprenait les codes de lʼimagerie nazie des années 30, particulièrement les bandes verticales surplombées par le volatile. Mea culpa public et nouvelle affiche prestement dévoilée, tout cela nʼest désormais quʼun mauvais souvenir!
 

BSO

«Trop de notes»
Décidément, New York a fait beaucoup jaser, cette année. Deuxième orchestre philarmonique new-yorkais à frayer un chemin jusqu'à ce palmarès, Brooklyn Symphony Orchestra vient de confier le design de son nouveau logo à lʼagence The Partners. Que fait ce logo – pas si laid – dans notre liste des pires? Il illustre un écueil intéressant: lʼincapacité à synthétiser son message… ou la volonté dʼen faire dire trop à un simple logo. Le communiqué explique que le B représente le Brooklyn industriel; le S, lʼélégance de la musique; le O, la communauté des musiciens… Désolé, maestro, un logo est un exercice dʼimmédiateté qui ne devrait pas avoir besoin dʼune notice explicative.
 

Année du singe

Singerie XXX
Finissons cette revue en beauté par une affiche! Pour célébrer lʼannée du Singe selon le calendrier chinois, le designer Lehu Zhang de San Francisco a stylisé… un singe. Oui, il est utile de le préciser, car pour peu que vous ayez l'esprit un peu mal tourné, cʼest une forme de bestialité beaucoup plus crue que vous croirez voir! Je laisse votre perspicacité faire le reste.

* * *

Sur ces belles images, je vous souhaite une excellente fin dʼannée et plein de beaux logos pour 2017!

__

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus