La référence des professionnels
des communications et du design

Avec un G, comme géométrique

Olivier Bruel Graphiste et directeur artistique, freelance

Quand Google change son logo, plusieurs milliards d’humains sont touchés. C’est probablement la raison pour laquelle il a fallu attendre si longtemps une refonte graphique de ce bidule coloré bien connu. En fidèle pourvoyeur de la simplification, le géant de Mountain View a réussi à minimaliser son propre logo.

Logo Google

 

Un mois après s’être coiffé d’un chapeau nommé Alphabet – et dont la pauvreté du logo est inversement proportionnelle aux revenus de l'entreprise –, Google prouve encore son refus du statu quo.

Notons au passage que Google est le deuxième des «Big Four», après Facebook, à rafraîchir son logo en 2015. Faut-il attendre la réaction d’Apple et Amazon?

De toute évidence, les trois mots qui ont présidé à cette refonte sont simplicité, géométrie et modularité. Rien de surprenant, puisqu’on constate la même tendance chez plusieurs grandes marques, dont Facebook. Il s’agit de débarrasser le logo de tous ses artifices visuels (pictogrammes, dégradés, effets de relief ou de lumière, ombres, etc.) pour donner davantage de souplesse à ses déclinaisons, puis s’assurer de sa lisibilité sur les appareils mobiles, qui constituent désormais la majorité des supports de lecture. Il est temps de «vous montrer comment la magie de Google peut travailler pour vous, même sur les plus petits écrans», rien de moins!

Cet exercice consiste donc à ne garder que l’essentiel du capital de la marque, qui réside ici dans le nom et les couleurs. C'est pour cela que Google reste aussi bariolé qu’en 1998, alors que la tendance actuelle pointe plutôt vers l’uniformité et la neutralité.

C’est du côté de la typographie que se joue le vrai changement. La Catull BQ, dont le classicisme contrastait avec les couleurs vives, cède sa place à une fonte géométrique, une typographie architecturale de la lignée des Futura, Avant-Garde et autres «linéales» post-industrielles. Son impact est renforcé par le choix d’une épaisseur («graisse», en langage typographique) relativement massive. Cet article du blogue de Google explique brièvement ces choix.

«J'aime particulièrement la vidéo d'introduction, car elle met en valeur la force de son image actuelle pour comprendre le cheminement et la réflexion qui a mené au résultat. Il ne s'agit pas uniquement d'un exercice sur la forme, mais aussi sur l'historique et la force de la marque.» – Patrick Williams, directeur de création de TP1


Évolution du logo de Google au cours des années 

En plus du logo, l’image de marque compte deux atouts: les quatre points et le G quadricolore, qui jouera le rôle de pictogramme dans la plupart des interfaces de la marque. Décliner ainsi son logo en éléments simples et polyvalents permettra à Google une infinité de déclinaisons, des plus sérieuses aux plus délirantes... les prochains «doodles» sont donc à surveiller!
 

Éléments de l'image de marque

Demander si l'on aime ou pas ce nouveau logo est superflu: avec plus de 60 milliards de revenus annuels, la multinationale en est au stade de l’universalisation de son image. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’esprit de la nouvelle identité visuelle reste totalement ludique et enfantin, conformément au slogan de Google: Don’t be evil (Ne soyez pas malveillant). C’est rassurant, non?

comments powered by Disqus