La référence des professionnels
des communications et du design

Logo planétaire

Olivier Bruel Graphiste et directeur artistique, freelance

Un petit logo pour le design, un grand bond pour l’humanité? La Terre a-t-elle besoin d’un drapeau? Notre monde peut-il être fédéré par un logo? Et quel symbole graphique pourrait nous représenter avec une justesse universelle?

C’est une nouvelle qui a principalement circulé dans les médias spécialisés en design, et dont Arnaud Granata et Stéphane Mailhiot ont parlé dans leur chronique radiocanadienne Bêtes de pub: un drapeau représente désormais notre planète bleue.

Interpelés par ce concept très sexy du Drapeau international de la planète Terre, plusieurs analystes se sont emballés jusqu’à oublier qu’il ne s’agit pas d’une commande de l’ONU ni de l'Agence spatiale internationale, mais simplement du projet de fin d’études d’un apprenti designer suédois.

drapeau

Qu’importe, la démarche mérite qu’on s’y attarde, surtout que la proposition, à défaut d’être parfaite, est assez solide pour convaincre. Du moins en apparence.

Oskar Pernefeldt, étudiant de l'institution Beckmans College of Design, à Stockholm, a donc mené un travail de recherche et de conception graphique pour aboutir à un symbole qui peut se décliner en drapeau, en logo ou en simple pictogramme. Ledit symbole prend l’apparence d’une fleur blanche constituée de sept anneaux entremêlés, sur un fond bleu.

Visuellement, le résultat est à la fois intéressant et réducteur. Intéressant parce qu’on ne peut pas s’exclure de cette démarche: le «client», c’est nous! Réducteur parce que ce logo rivalise avec des milliers d’autres et qu’on y voit des ressemblances avec plusieurs, à commencer par celui des Jeux olympiques. Sans parler de l’analogie facile avec les crop circles, qui font la joie des ufologues (et de Mel Gibson).

rosaces

En fait, le problème n’est pas d’évoquer tel ou tel logo, c’est de risquer délibérément la ressemblance en jouant avec des éléments aussi courants que des cercles. Ceux qui ont possédé un Spirograph savent que plus les dessins sont différents, plus ils finissent par se ressembler.

Spirograph

Pour donner du corps à sa proposition, Oskar Pernefeldt a monté un site web assez convaincant, illustré par sept photomontages du drapeau dans des situations aussi héroïques que théoriques: sur l’épaule d’une astronaute, sur un camp en Antarctique, dans une conférence, sous la forme d'une mosaïque humaine, devant une maison, etc.

Quelques questions de base restent toutefois sans réponse.

Il a également coréalisé un clip de deux minutes au ton pédago-humaniste qui explique, non sans une certaine redondance, que le cercle évoque la planète, que le bleu – ni trop clair, ni trop foncé – symbolise l’eau, et que les proportions du drapeau ont été soigneusement étudiées. Quelques questions de base restent toutefois sans réponse. Par exemple, que symbolisent les sept cercles? Les sept mers? Les sept merveilles du Monde? Les sept jours de la semaine? Les sept péchés capitaux? Mystère.

images

Il s’agit donc d’un beau ballon d’essai, mais le concept d’un drapeau planétaire semble avoir davantage de potentiel que la réalisation elle-même. Avouez que c’est d’un charme prometteur, mais pas d’une beauté intergalactique...

comments powered by Disqus