La référence des professionnels
des communications et du design

Batman et Superman en un logo

Olivier Bruel Graphiste et directeur artistique, freelance

Dans un an jour pour jour sortira l’un des films de superhéros les plus attendus de l’histoire, Batman v Superman: Dawn of Justice. Si les spectateurs fébriles en savent encore peu sur ce déchaînement de capes volantes sur grand écran, ils peuvent se rattraper avec un morceau de choix: le logo!

Mais pas n’importe quel logo: un logo doté du superpouvoir de faire hurler une salle entière à l’unisson! C’est ce qui s’est passé à la convention Comic Con 2013, quand est apparue sur l’écran l’emblématique chauve-souris frappée du grand S du fils de Krypton. L’hystérie.

Bien sûr, quelques renseignements ont filtré depuis cette soirée magique, comme l'interprète du prochain Chevalier noir, le design de la Batmobile ou le retour de Wonder Woman, mais il faut se résigner: cette superproduction n’est pour l’instant qu’un logo.

Leurs signatures graphiques battent bien des grandes marques au jeu de la reconnaissance visuelle.

Masque noir contre bobettes rouges

Nés respectivement en 1939 et 1933, mais épargnés par l’arthrite, les deux héros de DC Comics jouissent d’une empreinte visuelle forte dans la culture populaire, au point où leurs signatures graphiques battent bien des grandes marques au jeu de la reconnaissance visuelle.

historiques

On peut même trouver un logo (récent) qui préfigure ce choc de titans en bandes dessinées.

Leur combat n’est pas seulement celui du bien contre le mal, c’est aussi plus prosaïquement une lutte contre l’oubli et la dérive kitch des franchises héroïques. En effet, les superhéros sont victimes des modes et connaissent cycliquement des heures sombres, comme ce fut le cas dans les années 70 et 90. Chaque renaissance consiste donc à dépoussiérer les légendes, à les relooker au goût du jour et à trouver un nouvel équilibre sur l’axe allant du rétro à la science-fiction. Le logo Batman vs Superman témoigne de cette quête de crédibilité et de sérieux: lignes massives, textures industrielles, usure, pénombre. Ce côté sombre transparaîtra certainement dans le film, jusque dans les costumes des personnages, puisque le latex texturé semble avoir remplacé pour de bon le spandex multicolore. On est bien loin du freluquet masqué de la série télé de 1966!

Leur combat n’est pas seulement celui du bien contre le mal, c’est aussi plus prosaïquement une lutte contre l’oubli et la dérive kitch des franchises héroïques.

Juste ligue

Faut-il s’attendre à un affrontement physique entre le Chevalier noir et l’Homme d’acier? Les forces sont plutôt inégales, mais à en croire les vrais fans, le réalisateur Zack Snyder manquerait son coup en n’exploitant pas le trouble antagonisme qui oppose les deux justiciers, même s’ils sont membres de la même Justice League. Au pire, la lutte sera morale. En revanche, les chances sont minces que Bruce Wayne avale Clark Kent, malgré ce que promet le logo, si on le lit de façon trop littérale. C’est plutôt à une virile alliance contre un supervilain et pour la survie de notre civilisation l’Amérique qu’il faut s’attendre. Et à beaucoup, beaucoup d’explosions.

À confirmer dès le 24 mars 2016*, dans une salle obscure près de chez vous.

* * *

*Ou peut-être avant, car une rumeur veut que le film sorte en deux parties et que la première soit sur nos écrans dès octobre prochain. À suivre...

Merci à Pascal St-Louis pour sa superbatculture.

comments powered by Disqus