La référence des professionnels
des communications et du design

Cette robe qui nous déchire

Olivier Bruel Graphiste et directeur artistique, freelance

Une (mauvaise) photo de robe apparaît et le monde se divise en deux... Explication d’un phénomène qui met en scène les réseaux sociaux et la perception subjective des couleurs. Que comprendre de #TheDress? Et surtout, de quelle couleur est cette maudite guenille? Réponse plus bas.

Les réseaux sociaux sont-ils devenus un centre commercial virtuel où la foule se dispute une robe? Bien sûr que non, puisque la controverse désormais connue sous le mot-clic #TheDress ne repose pas sur la possession, mais sur l’interprétation. Et c’est à la fois compliqué et instructif.

Chapitre 1: la controverse

Tout commence sur la page Tumblr d’une fashionista nommée swiked. Elle publie une photo aux couleurs indéfinissables et interpelle ainsi ses fans: «Aidez-moi: cette robe est-elle blanche et or, ou bleue et noire? Moi et mes amies ne sommes pas d’accord et l'on pète les plombs» (traduction libre). Sans le savoir, la jeune femme vient de lancer une bombe virale. L’image est reprise sur Twitter et Facebook, elle circule par SMS et polarise les deux camps – le blanc et or contre le bleu et noir – dans une joute amicale, mais passionnée. C’est que, peu importe son camp, il semble impossible de comprendre que l’autre ne semble pas voir pas la même chose que soi!

Chapitre 2: la science

On le sait trop peu, la perception des couleurs est partiellement subjective. Je me suis déjà disputé avec mon frère sur la couleur d’un vélo bleu qu’il voyait vert (ou inversement), et, en tant que graphiste, je me garde bien de présumer que ma perception chromatique est universellement partagée. Il existe un phénomène appelé constance des couleurs, qui veut «qu’un objet semble conserver sa couleur en dépit de modifications de la lumière incidente, par conséquent de la lumière réfléchie.» (Source: Samuel Berthoud – Manuel de psychologie: introduction à la psychologie scientifique.) Ce qu’explique cette théorie, c’est que notre cerveau interprète les couleurs en fonction du contexte. Et dans le cas de notre robe, le contexte étant ambigu, l’interprétation de la couleur peut se faire sur différents aspects, comme l’explique très bien cette vidéo (en anglais). À ce stade, autant lever le mystère: la robe est bleue et noire, mais vous n’avez aucun problème visuel ni mental si vous la voyez autrement.

Chapitre 3: la viralité

Déchirer sa chemise pour la couleur d’une robe, c’est discutable. En revanche, nourrir sa créativité en rendant la controverse virale, c’est nettement plus amusant! Voici ce qu’on trouvait sur les réseaux, à peine 24 heures après le début de l’«affaire»...
 

_

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

 

comments powered by Disqus