La référence des professionnels
des communications et du design

Peace for Paris: icône instantanée

Olivier Bruel Graphiste et directeur artistique, freelance

Du choc des attentats de Paris est née une image, une image urgente et utile. Vous l’avez tous vue, elle représente une tour Eiffel dans un cercle formant le symbole universel de la paix. Comment ce pictogramme approximatif a-t-il supplanté les mots pour traduire les émotions d’une société ébranlée?

Peace for Paris

Talent

L’auteur de ce dessin est Jean Jullien – et non Banksy comme on l’a d’abord cru. Il s'agit d'un dessinateur français installé à Londres. Il s’est fait connaître par son univers graphique poétique et drôle, peuplé de personnages décalés et envahissants. Il a confié au magazine américain Wired avoir immédiatement réagi à l’annonce des attentats avec ses seules armes: un pinceau, de l’encre et un carnet. «C’était une réaction instinctive et humaine plutôt que celle d’un illustrateur», confie-t-il.

Besoin

1 + 1 = 2. Tour Eiffel + peace = Paix pour Paris. Algèbre sans chiffres, coup de génie ou évidence absolue? C’est de toute évidence ce dont avaient besoin ces millions de gens qui découvraient, hagards devant leurs écrans, une nouvelle démonstration de la barbarie humaine.

Sens

Vendredi soir, les renseignements qui circulaient étaient conditionnels, incomplets, contradictoires et difficiles à assimiler. Les photos, les vidéos étaient floues et incompréhensibles. Le griffonnage constituait donc le meilleur moyen de donner un visage à l’horreur: un visage d’espoir.

Guerre

Alors que des détonations meurtrières résonnaient dans des lieux de divertissement et de détente, alors que le président Hollande prononçait le mot guerre, les citoyens d’Occident ne voulaient qu’une chose: la paix.

Viralité

C’est par les médias sociaux que la plupart des gens ont pris connaissance du drame, surtout à l’étranger, loin du théâtre des opérations. Donc, c'est par Twitter, Facebook et Instagram qu'on a échangé les premiers «Attentats meurtriers à Paris», très vite suivis de ce Peace for Paris, maladroitement tracé sur un papier gondolé, photographié dans l’urgence, puis partagé des milliers de fois. Contrairement au très populaire filtre tricolore, ce dessin ne peut se superposer à une photo de profil. Qu’importe, plusieurs utilisateurs des réseaux l’ont adopté tel quel.

Symboles

Chaque jour, nous employons des symboles graphiques dont l’emploi est défini par trois paramètres: force, simplicité et universalité. Un cœur pour l’amour, un bonhomme-sourire pour la joie, un crochet pour l’accomplissement d’une tâche, un clin d’œil pour la complicité. Par sa justesse, Peace for Paris s’inscrit dans ce répertoire. «Selon moi, dit Jean Jullien, les images les plus fortes sont celles qui ne nécessitent pas un lourd bagage culturel pour être déchiffrées.»

Séquelles

Avec trois petites journées de recul et un bilan politique et humain encore fragile, ce modeste picto garde sa valeur de symbole d’unification. Son auteur craint plus que tout de se faire traiter de profiteur ou de calculateur, alors que son geste n’était que le cri de détresse d’un créateur devant le chaos. Qu’il se rassure, son œuvre a conçu un pont entre les humains... et a peut-être un peu amorti le choc.

Facebook

 

 

 

 

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus