La référence des professionnels
des communications et du design

Comment les organisations peuvent-elles s’inspirer de la victoire de Justin Trudeau?

Mylène Dupéré Directrice principale, Hill+Knowlton Stratégies

Au petit matin du 20 octobre 2015, plusieurs ont été surpris de la performance électorale de Justin Trudeau au Québec. Si vous pouviez dupliquer ce succès pour votre entreprise, ce serait intéressant, non? À mon avis, il y a un parallèle à tracer entre ce succès politique et les sociétés qui brassent des affaires au Québec. 

J’ai travaillé pendant deux ans comme directrice des communications avec l’équipe de Justin Trudeau. À titre de coprésidente d’un comité des communications consacré au Québec, j’ai pu œuvrer avec la majorité des candidats, dont 40 ont été élus. Il faut retourner en 1980 pour constater une victoire aussi forte des libéraux fédéraux au Québec.

Les Québécois captent vite les traductions littérales de l’anglais qui ne reflètent pas leurs préoccupations ou leur réalité. par conséquent, ils n’y adhèrent pas.

Dans leur livre Le code Québec, les auteurs écrivent: «Sur les 500 attitudes et comportements que nous avons testés, 71% de ceux-ci étaient similaires [au reste du Canada]. … Mais ce sont les 29% qui font toute la différence». Depuis 14 ans, je conseille les dirigeants d’entreprise et les décideurs publics sur l’importance de prendre en considération cette différence. Vous trouverez dans les lignes qui suivent trois éléments-clés qui illustrent la prise en compte de cette spécificité du marché québécois en lien avec les actions prises durant la période préélectorale.

D’abord, l’équipe a choisi de communiquer fréquemment avec les candidats. En agissant ainsi, ces derniers devenaient un canal de communication direct, bidirectionnel et accessible aux électeurs, dans tous les coins du Québec. Ce type de communication de proximité, s’appliquant à tous les genres d’organisations, permet de bien se faire connaître, de bien saisir et de nuancer les besoins de la clientèle cible. L’utilisation géolocalisée des médias numériques constitue un élément essentiel pour y arriver. La portée d'un tel outil est non négligeable, et si la publication est intéressante, elle peut être partagée par un nombre important d’utilisateurs.

Investir dans la recherche est clé pour toute organisation désirant bien cerner sa clientèle et déployer des stratégies de mise en marché efficaces qui capteront l’attention de ses publics cibles.

En deuxième lieu, l’équipe adaptait les communications de façon à ce qu’elles soient pertinentes et percutantes pour les Québécois. Que ce soit pour la préparation des rencontres médiatiques ou en vue des débats entre candidats, un temps de réflexion était systématiquement prévu pour s’assurer que l’information transmise ne soit pas une simple traduction. En entreprise, l’approche doit être la même, que ce soit dans le choix de porte-paroles ou dans les communications avec les journalistes. Les Québécois captent vite les traductions littérales de l’anglais qui ne reflètent pas leurs préoccupations ou leur réalité. Par conséquent, ils n’y adhèrent pas.

Finalement, les affiches électorales et les publicités ont été élaborées par des équipes bien de chez nous à la suite de recherches empiriques menées par le Parti libéral, qui souhaitait transposer les préoccupations des Québécois. Investir dans la recherche est clé pour toute organisation désirant bien cerner sa clientèle et déployer des stratégies de mise en marché efficaces qui capteront l’attention de ses publics cibles.

Déployer les efforts requis pour s’adapter aux particularités du Québec et faire appel à des équipes bien ancrées dans la réalité québécoise s'est avéré un gage de succès pour le Parti libéral du Canada lors de la dernière campagne fédérale. Ces mêmes principes sont tout à fait applicables et à la portée des organisations publiques et privées qui souhaitent brasser des affaires ici. 

__

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus