La référence des professionnels
des communications et du design

Une plateforme de réflexion sur les relations publiques?

Michel Dumas Professeur associé, UQAM

Les praticiens des relations publiques sont réunis en association professionnelle; on enseigne les relations publiques dans toutes les universités; on tient à l’occasion des colloques, des conférences et des webinaires. Mais à quand un forum public sur les relations publiques?

Il n’existe pas de forum public de réflexion sur la profession et son avenir, une sorte de laboratoire d’idées.

Un cabinet a, de sa propre initiative, amorcé un mouvement dans cette direction. En effet, le blogue de Direction communications stratégiques, publié avec régularité, fait circuler des opinions sur la profession et sa pratique, tout comme il analyse des questions d’actualité du point de vue de la profession. À en juger par le relevé qu’affiche le site, 256 textes ont déjà été publiés sur la gestion des enjeux et de crise, les relations de presse, les médias sociaux, l’analyse de presse ainsi que les relations publiques en général. Ce n’est pas rien. Qui fait mieux au Québec? 

Il serait intéressant que les professionnels des relations publiques, notamment les «sages», disposent d’une plateforme où échanger entre eux publiquement sur l’avenir des relations publiques

Le temps n’est-il pas venu d’élargir cet échange? Il serait intéressant que les professionnels des relations publiques, notamment ceux qui ont pratiqué pendant de nombreuses années et vécu l’évolution de la discipline ici ‒ les «sages» ‒, disposent d’une plateforme où échanger entre eux publiquement sur l’avenir des relations publiques. Car les défis sont nombreux: dans le contexte de la communication directe, notamment sur les médias sociaux, quelle place occuperont les relations publiques? Qui, demain, assumera le leadership de la communication publique dans l’entreprise: les professionnels des relations publiques? Les publicitaires? Ou encore les experts en marketing? Comment les professionnels peuvent-ils se distinguer des spin doctors qui nuisent à la profession? Les relations publiques sont-elles toujours une profession reposant sur un corpus de connaissances qui lui confère son prestige? N’y a-t-il que 30% d’entre nous qui, à l’instar de ce millier de présidents de cabinets récemment sondés aux États-Unis, considèrent que l’appellation «relations publiques» identifiera encore correctement leur travail en 2020?

Voilà le type de sujets que ce forum pourrait aborder. Les praticiens, en particulier les consultants qui gèrent un large éventail de dossiers avec des clients de tous les ordres, stimuleront certes ce forum, même si on les sait très accaparés par leur travail. Pourront aussi participer à ce dialogue les professeurs et chercheurs de nos universités particulièrement intéressés par ces questions.

Ceux qui, comme nous, ont développé les relations publiques au Québec et les ont promues au rang de profession se posent aujourd’hui des questions bien légitimes sur les changements profonds qui les affectent. Où en sommes-nous au Québec après toutes ces années? Souhaitons qu’il y ait encore des professionnels suffisamment motivés pour débattre de ces questions dans un forum dynamique, sur une plateforme traditionnelle ou numérique. 

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus