La référence des professionnels
des communications et du design

Quand avoir des principes en affaires coûte cher

Maxence Pezzetta Cofondateur, My little big web

Dans un monde souvent mené par l’argent, il n’est pas rare de se retrouver confronté à ses valeurs et de devoir faire un choix de taille: se remplir les poches de billets ou être en paix avec sa conscience. Dans ce texte, je traite d’expériences vécues qui vous parleront sûrement à vous aussi.

«Je travaille déjà avec votre concurrent»

En tant qu’agence web, nous travaillons pour des clients issus de tous les secteurs d’activité et il arrive parfois que nous travaillions déjà avec le concurrent de la personne qui nous démarche. Dans le cas de la création d’un site internet, ce n’est pas réellement un problème puisqu’il est très facile de concevoir des sites très différents les uns des autres.

Par contre, lorsqu’il s’agit de positionnement sur Google, il est très compliqué de placer deux ou trois entreprises en première position au même endroit. Bien que cela ne pose pas de problème à certaines agences, nous avons choisi de bâtir notre réputation sur l’éthique et nous ne voulons pas trahir la confiance de nos clients actuels en leur faisant concurrence dans le seul but de servir notre intérêt financier.

Lorsqu’il s’agit de positionnement sur Google, il est très compliqué de placer deux ou trois entreprises en première position au même endroit. 

Même si nous faisions abstraction de ce «détail», il y a fort à parier que le client concerné s’en rende compte, puis nous quitte (à juste titre). Nous nous retrouverions donc au point de départ avec un seul client sauf qu'en plus, nous en aurions un d'insatisfait. On dit souvent qu’une bonne réputation met 10 ans à se construire et 10 minutes à se détruire. Le jeu n’en vaut donc pas la chandelle (selon nous).

«Je n’ai rien à redire concernant le travail effectué»

Il arrive souvent que des entreprises nous contactent pour faire analyser le travail effectué par un de nos concurrents. Dans ce cas, il est tentant de chercher la moindre faille pour se positionner, puis inciter le client potentiel à passer par nos services. En revanche, il arrive que le travail réalisé soit tout à fait honorable (et heureusement) et que nous n’ayons rien à redire.

Dans ce type de situation, nous trouvons beaucoup plus juste de le révéler à l'entreprise, quitte à ce qu’elle reste avec son agence actuelle, plutôt que de s’engager à faire mieux alors que le travail est déjà bien accompli. Là aussi, c’est une question de valeurs, mais c’est aussi une manière d’éviter les problèmes futurs lorsque le client se rendra compte que vous n’avez pas obtenu de meilleurs résultats.

«Votre projet ne tient pas la route (selon nous)»

Qui ne s’est pas retrouvé devant un client qui présente son projet, mais de constater rapidement qu’il n’a pas les moyens de ses ambitions? En web, ce ne sont pas les idées qui manquent. En revanche, il faut avoir les reins solides pour concurrencer eBay ou encore devenir chef de file sur son marché avec 500$ par mois lorsque les concurrents sont déjà bien en place et investissent des milliers de dollars dans leur stratégie numérique.

Là aussi, il faut savoir arbitrer entre le gain à court terme de convertir ce prospect en un client, et l’intérêt du client qui ne va pas atteindre ses objectifs et qui vient justement vous voir pour avoir l’heure juste. Il m’est souvent arrivé d’expliquer au client que, selon mon expérience, son projet ne tiendra pas la route, puis qu’il me remercie pour mon honnêteté au point de m'envoyer des clients potentiels!

Ce texte n’a pas pour but de dicter une ligne de bonne conduite. Chacun a ses valeurs et fait ses propres choix en affaires. Le but est simplement de partager mon expérience au cas où certains se reconnaissent ou se demandent comment réagir dans de telles situations.

 

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.