La référence des professionnels
des communications et du design

«L’agilité», buzzword ou révolution?

Marie-Danielle Tremblay Analyste stratégique, Indépendante

Depuis quelques années, le mot «agile» est sur toutes les lèvres, et des spécialistes de diverses industries se questionnent sur la valeur de cette approche, cherchant les meilleures façons de l’utiliser.  

Dans un contexte où les nouveaux médias bouleversent de plus en plus les façons de faire des professionnels de la comm, les principes de l’agilité se présentent comme un bon moyen de composer avec les nouveaux défis d’une industrie en transformation.

Toutefois, l’intégration de ces pratiques provenant du monde de l’informatique à d’autres secteurs ne se déroule pas sans difficulté et soulève de nombreux questionnements. Et malgré les succès de certaines équipes agiles, plusieurs pensent encore que l’univers de la communication n’est pas tout à fait compatible avec cette approche.

plusieurs pensent encore que le l’univers de la communication n’est pas tout à fait compatible avec cette approche.

La bataille entre partisans et détracteurs de l’agilité bat son plein. Pendant ce temps, le concept est de plus en plus malmené. Quand une idée devient trop populaire, elle risque de se dénaturer. Ainsi, dans certains cas, ce terme représente une idée imprécise et son application est très éloignée de la philosophie d’origine. En devenant une pratique courante, l’agilité s’est transformée en buzzword qui, à force d’être galvaudé, risque d’affaiblir le concept de base.

Le Manifeste pour un développement agile repose sur un certain nombre de principes fondamentaux. Si l'on ne fait pas attention, ces principes risquent d’être réinterprétés, simplifiés et déformés au point de perdre le contact avec l’idée de base. En effet, il est facile de confondre la philosophie avec ses méthodologies dérivées, puis se contenter de saupoudrer des éléments de la pratique ici et là. Or, l’utilisation abusive du mot «agile» pour décrire des pratiques qui n’y correspondent pas pourrait compromettre l’évolution de l’approche.

il est facile de confondre la philosophie avec ses méthodologies dérivées, puis se contenter de saupoudrer des éléments de la pratique ici et là. 

Les principes de l’agilité ont une grande valeur et pourraient certainement être appliqués avec succès dans de nombreux contextes. Mais ils ne conviennent peut-être pas à toutes les situations. Afin de permettre à l’agilité de poursuivre son ascension, il faudrait s’assurer de la prendre au sérieux. Une mauvaise application nous exposerait au risque de diffuser une fausse perception de ce courant de pensée et de ralentir sa progression, faute d’une bonne compréhension.

L’approche agile est à un moment clé de son cheminement. Sera-t-elle en mesure de perdurer? Ou sera-t-elle progressivement mise de côté pour être remplacée par le prochain courant à la mode?

__

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

 

comments powered by Disqus