La référence des professionnels
des communications et du design

L'avenir est violet

Marie-Chantal Milette Spécialiste Couleur, Kryptonie

Chaque année depuis 19 ans, en veille de la nouvelle année, l’autorité mondiale des couleurs Pantone choisit une
couleur qui sera au sommet des tendances pour toute la durée de celle-ci. Pour 2018, Pantone vient de désigner Ultra Violet comme LA couleur de l’année. Retour sur ce choix spectaculaire et audacieux.

Alors que Greenery (le vert ayant été choisi comme couleur de l’année 2017) nous invitait à nous reconnecter avec la nature et à nous recentrer sur nous-mêmes, Ultra Violet nous pousse vers une introspection encore plus profonde et à nous connecter à notre spiritualité. Si notre interaction avec la technologie ne cesse d’augmenter, notre rapport à la spiritualité et au sens profond des choses, lui, tend à diminuer. Couleur de l’espace et de l’innovation technologique, Ultra Violet souligne un parallèle intéressant entre l’innovation et la spiritualité, tout en étant une couleur non conformiste qui attirera notre attention dans un monde où notre œil est de plus en plus sollicité. 

En effet, par sa composition diamétralement opposée, le violet, mélange de rouge et de bleu, représente une couleur qui sort naturellement du lot. Il est donc normal qu'elle soit préférée des artistes, des gens marginaux et hautement spirituels. D’ailleurs, le violet est une couleur qui rend la méditation et la prière plus efficace en matière de concentration, mais aussi dispose d’une grande capacité à aider les gens à décompresser. C’est pour cette raison que nous la voyons de plus en plus dans les lobbys et couloirs d’hôtel. Cette couleur antistress n’est pas un luxe dans notre société actuelle et est donc bien de circonstance pour teinter la prochaine année, comme 2017 a été bien mouvementée.

Comment aurait-on pu deviner qu’Ultra Violet serait nommé couleur de l’année 2018 par Pantone? Mise à part l’analyse psychologique de la couleur et sa réponse à un besoin particulier chez l’humain, Pantone passe aussi le monde au peigne fin et remarque quelles couleurs commencent à se démarquer au sein de multiples industries sans pour autant avoir volé toute la vedette au cours des années précédentes.

Au chapitre de l’automobile, Jeep a souligné Ultra Violet avec son édition limitée Xtreme Purple, sans oublier la Gemballa Avalanche, une version remarquable de la Porsche 911 Turbo, deux véhicules qui ont beaucoup fait réagir dans les médias. 

Sur le plan politique, un des événements marquants a sans doute été l’élection de Donald Trump, ou plutôt la défaite de Hillary Clinton. Lors de son apparition postdéfaite, elle et son mari Bill portaient tous les deux du violet, un choix de couleur très respectable et approprié; le mélange de rouge – couleur des républicains – et de bleu – celle des démocrates – faisait la promotion sans équivoque de l’unité, soulignant l’ensemble du peuple américain, peu importe les croyances politiques de chacun.

Dans le monde culturel, la mort du chanteur Prince a inspiré Pantone à nommer une couleur en son honneur et, bien sûr, celle-ci devait être mauve. Inspiré de son piano Yamaha sur mesure, ce mauve a fait beaucoup parler de lui sur les réseaux sociaux. Il n’a pas la même intensité qu’Ultra Violet nous présente, mais certes, la mort de Prince et cette commémoration unique ont sans doute fait partie des éléments qui ont inspiré Pantone dans leur quête de la couleur de 2018.

En mode, Ultra Violet s’est aussi fait beaucoup remarquer au sein des collections 2018 pour Balenciaga,  Gucci et Moschino lors de leurs défilés dévoilant leurs collections printemps-été 2018.

Autre tendance à souligner, la popularité en hausse des aliments violets, qui, eux aussi, ont sans doute eu une influence sur le choix final.

Somme toute, contrairement à certaines années, où la couleur de l’année représentait le présent, cette année, l'élue est plutôt représentative de l'avenir et de ce dont le monde a besoin..., et l'avenir est violet!

 

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus