La référence des professionnels
des communications et du design

Les relations publiques sont-elles utiles aux entreprises émergentes?

Marc-Antoine Ducas Président-directeur général, Netlift

Dans le monde des ingénieurs et des entreprises émergentes, où j’évolue depuis le début des années 2000, ceux qui croient que c’est une bonne chose d’investir dans les relations publiques sont rares. Très rares. Désolé, mais s'il y a une croyance tenace dans cette communauté, c'est que «les RP, c'est surévalué».

J’ai fondé Netlift, une application de covoiturage qui met en relation conducteurs et passagers. En tant que chef d’entreprise, je suis convaincu que l’élément incontournable de la gestion, c’est la mesurabilité. On doit pouvoir tout mesurer si l'on veut améliorer l'entreprise: des employés aux ventes, des espaces de travail à la recherche et au développement, en passant par la direction des communications et du marketing.

En tant que chef d’entreprise, je suis convaincu que l’élément incontournable de la gestion, c’est la mesurabilité. 

Chez les geeks, un bon produit est censé se vendre tout seul. Quand on répare soi-même sa mobylette ou son ordinateur, le réflexe n’est pas d'axer sa décision d'achat ou son comportement social sur des tendances vues et lues dans les médias. Pas besoin.

Reste qu’un bon travail de RP peut être très payant. Mais comment en être sûr? Comment quantifier le rendement d'investissement?

Chez Netlift, nous avons résolu le problème de cette façon. Tout dollar investi en RP qui amène un client à télécharger notre application et à créer son profil est considéré comme du marketing. Nous appelons cela le coût du lead, et nous tâchons de l'améliorer sans arrêt. 

Les monstres que sont devenus Facebook et Google nous aident techniquement, mais il reste un élément capital qu'ils ne font pas, celui de créer du sens, une pertinence narrative pour ceux à qui s’adresse notre produit. La crédibilité d’une nouvelle provenant de journalistes respectés génère de la valeur. Et c'est là qu’un bon partenaire RP s’avère précieux.

Les monstres que sont devenus Facebook et Google nous aident techniquement, mais il reste un élément capital qu'ils ne font pas, celui de créer du sens, une pertinence narrative pour ceux à qui s’adresse notre produit.

J’ai enfin compris récemment l’avantage d’une bonne campagne de relations publiques menée par une équipe qui maîtrise la chaîne de valeur, connaît les besoins d'une startup et est en mesure de synchroniser les actions de relations publiques avec les modes de mesure employés à l’interne.  

Nous avons mis au point ensemble un modèle qui nous permet maintenant d’établir la corrélation entre des reportages ou articles provenant d’un journaliste professionnel ou dans un média, comme un article dans La Presse+, un reportage télé ou une entrevue radio à Paul Arcand, et les activités générées par ces médias sur notre plateforme. Ce n'est pas aussi étroitement lié que dans des outils purement numériques, mais c'est suffisamment probant pour que nous puissions mesurer l'impact réel des médias de masse sur notre volume d'affaires. Lors d’une campagne de RP réalisée l’automne dernier, nous avons pu constater, par exemple, qu’un texte dans La Presse+ suscitait davantage de conversions (c’est-à-dire un téléchargement suivi d’une action comme la création d’un profil) qu’un reportage radio ou télé. Ces derniers génèrent beaucoup de clics sur notre site, mais le taux de conversion est moindre. Nous pouvons mesurer la durée de vie et l’impact d’un reportage ou d’un article sur nos activités commerciales, mais aussi identifier le type de clientèle qui réagit à divers types de diffusion.

L’expérience nous a permis d’élaborer et de soutenir des hypothèses pour notre plan d'affaires. Il m’est maintenant possible, comme chef d’entreprise, de justifier un budget de RP qui génère de nouveaux clients et de livrer des résultats tangibles à mes actionnaires. Bref, je ne suis plus sceptique face aux RP: elles peuvent réellement s’avérer un outil mesurable et concret pour notre croissance. Croyez-moi, c’est précieux.

__

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus