La référence des professionnels
des communications et du design

Sachez adapter votre vidéo marketing à votre cible

Manon Giguère Présidente, Osko Production

Avec quatre milliards de vidéos visionnées chaque jour dans le monde sur YouTube, faire ressortir vos contenus peut parfois s’apparenter à un véritable défi.

Concevoir des contenus originaux et créatifs ne suffit plus, il faut aller plus loin en innovant et en repensant sa façon de communiquer. Une solution qui a fait ses preuves: le narrowcasting, ou diffusion ciblée. Il consiste à adapter une vidéo marketing à une cible, permettant ainsi de diffuser un contenu plus pertinent en fonction de l'auditoire.

Pour atteindre cette cible restreinte, plus de 70% des marques créent des vidéos: 74% l’utilisent entre la marque et le consommateur, et 76% entre entreprises (source: B2C Content Marketing, 2015, Content Marketing Institute).

Les spécificités du marché d'entreprise à entreprise en vidéo marketing

Par définition, les marchés d'entreprise à entreprise et d'entreprise à consommateur visent deux types de clients très différents. Les contenus doivent s’adapter à ces deux typologies, tout en suivant les tendances en vidéo marketing B2B.

L’exemple de Moz, qui propose des vidéos d'animation pour expliquer l'optimisation pour les moteurs de recherche aux entreprises, est révélateur: elle emploie un format adapté aux professionnels, qui veulent vite assimiler le contenu.

Cette marque s'adresse à son public par plusieurs contenus vidéo diffusés une fois par semaine, ne cherchant pas spécifiquement à vendre un produit. Moz se fait connaître et démontre son expertise, et les internautes professionnels apprennent d'une manière ludique et rapide.

Le B2C, une cible stratégique

Avec 35 millions de consommateurs au Canada, le commerce d'entreprise à consommateur représente un enjeu majeur: peu fidèles, ils fonctionnent souvent à l’envie et au coup de coeur.

La difficulté réside dans le fait qu’ils axent principalement leurs achats sur l’image perçue d’une marque. Qu'il soit question des consommateurs ou des influenceurs, il faut capter leur attention sans qu’ils aient à venir à vous.

Le consommateur aime se sentir écouté et pris en considération: Coca-Cola a réussi l’exercice en 2012 en transformant des individus lambda en agents secrets, au moyen d’épreuves inattendues pour rallier deux points opposés dans une gare.

La marque a augmenté son capital affectif, tout en établissant une proximité avec ses consommateurs et en générant des retombées sur les réseaux sociaux (près d’un million de partages!).
 

Les consommateurs se laissent également séduire par des tendances telles que le bricolage (et les «Faites-le vous-même»), la personnalisation (on relèvera l’exemple des NikeId) et la vidéo inspirationnelle, Dove étant chef de file en la matière.

Cela permet d’améliorer la durée de vie d’une marque en augmentant son taux de conversion, tout en travaillant sa réputation électronique.

Le contenu vidéo doit aussi respecter l’environnement culturel et social de sa cible, puis s'y adapter: âge, motivations et freins à l’achat, pays d’origine et spécificités.

de manière générale, LES INTERNAUTES sont devenus multitâches, et demandent un contenu court, consommable VITE: ils favorisent les vidéos jugées «utiles», qui leur apprennent quelque chose au lieu de simplement vendre un produit ou une marque.

L’important est de bien connaître sa cible, ses caractéristiques (motivations, freins, centres d’intérêt) et spécificités (canaux de distribution, formats de vidéo), tout en conservant son esprit de marque. Pour comprendre les motivations profondes de sa cible, rien de tel que les insights consommateurs.

Autant de critères à prendre en compte lors de la réalisation de vos contenus de marque!

_

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus