La référence des professionnels
des communications et du design

Top 3 des tendances en marketing touristique à la conférence internationale Skift à New York

Karine Miron Directrice marketing associée, Parkour3

J’ai eu la chance d’assister au forum Skift sur le futur du tourisme ayant eu lieu à New York du 26 au 27 septembre au Jazz Lincoln Center. Un événement de portée internationale fort enrichissant regroupant les dirigeants d'importantes entreprises de l'industrie touristique, tels que les chefs de la direction et du marketing de Expédia, TripAdvisor, Delta Airlines, Hilton Wordwide, etc. 

Les conférences étaient sous forme de questions et réponses avec les chefs de direction interviewés par les experts de Skift dans chacun de leur domaine, soit une équipe de 45 employés. Voici les commentaires et mots-clés qui ont le plus capté mon attention, et qui résument bien la première journée de conférence.

«Disruption» et l’importance d’innover

Le sujet de la «disruption», c'est-à-dire de la perturbation dans les différents secteurs touristiques a été mentionné à plusieurs reprises lors des entrevues avec les chefs de la direction, particulièrement dans le secteur aérien.

En effet, une perturbation a été observée au cours des dernières années à plusieurs niveaux:

  • Hébergement: Airbnb
  • Transport: Uber dans le secteur des taxis
  • Restaurant: rien de bien inquiétant à ce niveau. À noter qu’Airbnb offre maintenant la réservation de restaurant pré-sélectionnés via son application à New York notamment depuis vendredi dernier. J’ai pu tester le tout lors de mon voyage à New York et je suis très satisfaite.
  • Attrait: Airbnb avec son service d’expériences.
  • Destination: le rôle des organisations de marketing de destinations évolue. Il s’agit plus de conseiller ou accompagner le voyageur qui est déjà bien informé par la multitude d’informations qu’il trouve en ligne.
  • Aérien: rien jusqu’à présent et selon les experts présents, une révolution serait à venir

Tous s'entendaient pour dire qu’il était mieux de créer la perturbation soi-même plutôt que de la subir par un concurrent. L’innovation intelligente, qui répond à un besoin réel du marché, est donc à faire constamment.

Hilton met actuellement à l'essai une chambre intelligente où Netflix sera configuré en fonction de vos préférences, votre bière favorite au frigo, etc.

Rappelez-vous: «It’s better to disrupt yourself then someone else to do it»,  chef de direction de Royal Caribbean.

«Friendnemies»

Les chefs de la direction ont également mentionné à multiples reprises la notion de concurrence/partenaires (friendnemies). Non seulement pour les hôteliers et les agences de voyages en ligne (OTAs), mais aussi pour les compagnies aériennes et les OTAs.

La relation entre Airbnb et les hôtels a aussi été abordée. En effet, beaucoup de chambre d’hôtes et résidences de tourisme mettent leurs chambres sur Airbnb et s’en servent comme d'un canal de distribution additionnel. Bref, une sorte de concurrence amicale s’installe entre plusieurs joueurs de l’industrie. À voir comment cela se développera dans les prochaines années.

Impact de Trump et des changements climatiques sur le tourisme

Le chef de la direction d’Apple Leisure Group, Alex Zozaya, s'est également penché sur l’impact du président américain Donald Trump sur l’industrie touristique. Celui-ci a clamé ouvertement son désaccord avec les politiques protectionnistes de Donald Trump qui nuisent au tourisme aux États-Unis. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il fait un tel type de discours.

Le chef de la direction de Linblad Expeditions a, de son côté, parlé de l’impact des changements climatiques sur l’industrie touristique et la planète. Celui qui clame détester le tourisme (parce que trop de tourisme tue selon lui le tourisme) a mentionné à plusieurs occasions l’importance de la responsabilité environnementale des entreprises touristiques et des impacts nocifs que peuvent avoir l’excès de tourisme sur une région donnée. Les changements climatiques apportent également leurs lots de questionnement avec la fonte des glaciers dans le Grand Nord, ce qui conduit à une nouvelle forme de tourisme de «catastrophe» ou de «last chance to see».  Bref, une deuxième journée forte intéressante et riche en contenus.

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus