La référence des professionnels
des communications et du design

L'internet de toutes les choses est né

Jean-Pascal Mathieu directeur de l'innovation, Nurun

Peu à peu, le numérique nous donne accès à des technologies jusqu’ici réservées à des professionnels qui pouvaient justifier une utilisation cohérente face à l’investissement consenti.

Une campagne en cours sur Kickstarter propose de contribuer à la mise au point (et à l’acquisition) de Scio, un spectromètre qui permet de connaître la composition moléculaire de quasiment n’importe quel objet de son environnement et, en conséquence, de l'identifier.



Cette donnée est échangée avec son téléphone, qui peut alors récupérer par internet toutes sortes de renseignements sur l’objet. Comme le remarquait justement un de mes collègues, c’est le Shazam des objets! 

Deux choses retiennent l’attention. La première, c’est le succès de la campagne: c’est un raz-de-marée rarement vu sur la plateforme (plus de deux millions$ récoltés à 10 jours de la fin, pour 200 000$ espérés!), a fortiori pour un objet qu’on aurait pensé a priori confiné à des utilisations de laboratoire. Le crowdfunding démontre ici de nouveau sa capacité à jumeler une idée et un public sans passer par les fourches caudines des investisseurs institutionnels.

La deuxième, c’est une conception qui, dès le départ, s’inscrit dans une logique sociale de crowdsourcing de la donnée, qui va décrire les objets numérisés. Les emplois semblent infinis, uniquement sujets à l’imagination des développeurs. Les exemples soumis dans la campagne représentent déjà une vraie raison de vouloir un jour posséder ce petit appareil sans être nécessairement un scientifique: connaître les données nutritionnelles de n’importe quel aliment, savoir si un avocat est mûr, si ses plantes sont en forme ou si cette pilule est bien ce qu’elle prétend.

Tout comme les entreprises doivent prévoir des concurrences venues de nulle part rendues possibles par le numérique, il faut se projeter dans un monde où la «haute» technologie, en étant rendue accessible au plus grand nombre, crée des utilisations et des comportements nouveaux, et quasiment impossibles à prévoir. Que feriez-vous si vous connaissiez votre taux de cholestérol en temps réel? Si vous pouviez pratiquer vous-même une échographie? Si vous pouviez diagnostiquer le problème de votre machine à laver?

D’ores et déjà, bien au-delà des codes à barres, codes QR, étiquettes RFID ou technologies de reconnaissance d’images, Scio nous promet un immense pas en avant vers un internet des choses quasiment universel, en reliant virtuellement sans autre fil ou capteur qu’un peu de lumière tous les objets du quotidien au réseau.

comments powered by Disqus