La référence des professionnels
des communications et du design

Strat 2014: pour être à la hauteur de ses ambitions

François Forget Vice-président Stratégie, SID LEE

La Presse+ expliquait, dans un récent article sur une certaine désaffection de la jeune génération face à l’indépendance du Québec, que les jeunes entretenaient une vision et une ambition dorénavant planétaires.

Je n’en doute pas un instant, les nombreux jeunes que je côtoie expriment clairement cette vision sans complexe. Tout comme ces jeunes entrepreneurs croisés lors de l'événement C2MTL. On veut chasser parmi les meilleurs.

Cependant, il faut trimer dur pour rivaliser avec les concurrents d’ailleurs, agences ou annonceurs.

La force de nos stratégies est indispensable.

Il faut que la stratégie soit l’affaire de tous, pas juste des stratèges.

Pour y arriver, il faut ne pas succomber à la précipitation, voire l’agitation de partir vite en création parce qu’il y a tant à faire, tant de canaux, tant de possibilités. Il faut accepter de se déposer pour mieux repartir.

Il faut que la stratégie soit l’affaire de tous, pas juste des stratèges. La stratégie, c’est une attitude. Je le disais à l’époque où je chaussais des bottines de directeur de création.

L’ingrédient essentiel, c’est l’écoute. L’écoute de ce qui se passe autour de nous. Curieusement, Robert Lepage l’aura souvent prouvé pour accéder à l’universel; la réponse est à côté de nous.

La détestation des voleurs d’auto, la gêne de manger un Kraft Dinner… sont autant de réponses.

L’écoute et la sensibilité constituent des ingrédients essentiels pour débusquer le fameux insight! Parce que la solidité de l’édifice repose très souvent là-dessus.

D’ailleurs, je faisais observer combien grande avait été l’écoute mutuelle entre membres du jury. C’est tout à l’honneur du talent et de l’excellence de mes collègues, je les salue et je les remercie.

Et c’est tout un travail de lire 90 cas.

Comme vous savez, il s’agit d’une nouvelle formule de concours. L’effet pervers d’un concours qui passe de six à 19 catégories, parce qu’il vise à reconnaître davantage et avec plus de justesse la contribution stratégique au succès d’affaires, c’est que pour ceux qui n’ont pas lu les cas, c’est dur à apprécier dans un tel événement.

J’ai voulu brièvement vous les résumer.

Avoir su tabler sur notre animosité naturelle face aux voleurs de char, et notre volonté sincère de leur rendre la vie difficile. C’est Sherlock.

Avoir assumé la tête haute sa position de plaisir alimentaire un peu honteux… jusqu’au plateau de Tout le monde en parle. C’est Kraft Dinner.

Avoir passé outre le jargon technique habituel, puis avoir plutôt vulgarisé à l’excès des innovations technologiques afin de les rendre véritablement intéressantes pour le consommateur. C’est Volkswagen.

Avoir concrètement contribué à la stimulation des enfants en bas âge, en plaçant le livre – sans prétention, sans décorum - au cœur du quotidien parent-enfant. C’est la Fondation Lucie et André Chagnon.

Avoir suscité une introspection personnelle et une conversation sociale en questionnant notre propre homophobie. C’est la campagne initiée par le ministère de la Justice du Québec.

Avoir, depuis des années, changé le paradigme des grandes surfaces axées sur les marteaux et les vilebrequins, en plaçant le beau et la décoration au cœur de l’équation. C’est Home Dépôt.

Avoir réussi à faire migrer les lecteurs d’un média traditionnel vers un média réinventé - 500 000 téléchargements recensés le week-end dernier - en continuant de miser sur son équité et son identité. C’est La Presse+.

Avoir fait marcher le consommateur dans le bon sens du terme, puis avoir mis la technologie au service d’une véritable expérience de marque. C’est le podomètre Valentine.

Avoir pris pour tremplin notre tempérament de grandes gueules pour nous dire d’aller l’exercer, et de voter. C’est le Directeur général des élections du Québec.

Avoir su bonifier un événement de masse en offrant aux spectateurs un bracelet technologique leur permettant de se rencontrer. C’est Chevrolet au festival Osheaga.

Avoir réinventé l’expérience de son lieu en y transplantant un événement existant – mais tellement pertinent et proche. C’est la Société de développement du boulevard St-Laurent, qui accueille le festival Mural.

Avoir par mille manières – et des ingénieuses, média parlant – su faire vivre la prise de contrôle de ses économies. C’est la nouvelle technologie Ajusto de Desjardins.

Avoir su mettre de l’avant notre différence et notre véritable singularité parce que c’est ça qui donne envie aux autres de nous visiter. C’est Québec Original de Tourisme Québec.

Félicitations aux Grands Prix, aux 24 Prix aussi.

J’espère que ça vous donne le goût de participer, puis de figurer au palmarès.

Merci pour vos soumissions.

Vous contribuez à bâtir cet événement et à l’émulation de notre industrie.

* Ce texte est une retranscription du discours prononcé à la soirée de remise de prix du concours Strat 2014, dont le jury était présidé par François Forget.

comments powered by Disqus