La référence des professionnels
des communications et du design

Médias et contenu, un mariage attendu

Dave Gourde Vice-président, médias, Bleublancrouge

Au Texas, tout est plus gros. Et SXSW en est le parfait exemple. 

On a bien évidemment parlé de techno, particulièrement d’objets connectés et de data. Au-delà des sujets auxquels je m’attendais à être exposé, je vous partage le thème de deux conférences qui m’ont fait voir à quel point la création de contenu et la stratégie média sont condamnées à devenir les meilleures amies du monde.

La création de contenu et la stratégie média sont condamnées à devenir les meilleures amies du monde.

1. Marketing d’immersion
En matière de médias, les modèles de mesure actuels se limitent avant tout à quantifier une portée axée sur une estimation d’exposition potentielle sous la forme d’«opportunity to see». Dans ce cas-ci, l'on parle davantage d’«opportunity to live». Rien n’indiquait dans le nom de la conférence à laquelle j’allais assister - Crashing Oculus Rift & Hacking New VR Experiences - que j’en retirerais un apprentissage média. Bien au contraire. C’est la beauté de SXSW. En apprendre sur son champ d’expertise par un prisme de disciplines. 

Un assureur australien du nom de NRMA s’est démarqué en se servant habilement de la réalité virtuelle pour sensibiliser les futurs assurés aux conséquences néfastes d’une conduite dangereuse. 

L’activation spectaculaire, exécutée chez un concessionnaire de voitures accidentées conçu pour l’occasion, a permis d’attirer l’attention des médias du pays entier en plus d’être relayée par des milliers de consommateurs. De plus, la cote de popularité de NRMA est montée en flèche, bien que seule une infime partie de la population ait directement été exposée à l’expérience. 

2. Marketing de disruption
J'ai pu me faufiler dans une salle bondée pour assister à la conférence Game of Thrones: Creating Immersive Entertainment. Pour générer du bruit autour du lancement de la cinquième saison de sa série culte, HBO a décidé d’enfreindre une règle de base en marketing, soit celle de plaire. 

Avec le compte Twitter de Game of Thrones, HBO a envoyé aléatoirement une variété de courts messages de huit secondes, sous la forme de notifications SMS. Une vision y était annoncée et allait se concrétiser dans la saison 5. Le hic, c’est qu’au moment de la réception, l’heureux élu n’avait que 90 secondes pour ouvrir le document, sans quoi le message disparaissait.... au grand dam de la communauté qui s’est enflammée dans les réseaux sociaux. Et ce, au grand plaisir des dirigeants de HBO, qui y ont vu une occasion de stimuler une conversation tout en cultivant le mystère autour de la campagne

Ces deux exemples illustrent bien la réalité média dans laquelle les spécialistes médias évoluent à une vitesse folle. Un contexte où l’attention du consommateur se mérite. Et qui s’achète de moins en moins. Un contexte où le stratège média d’aujourd’hui doit s’intéresser aux enjeux liés à la création de contenu et où le créatif doit s’intéresser aux rudiments médias. Un chassé-croisé qui arrive à point. Seuls ceux qui sauront harmoniser les deux disciplines sortiront vainqueurs de cette inévitable guerre du zapping.

comments powered by Disqus