La référence des professionnels
des communications et du design

Eugénie Bouchard: devant Céline Dion… et Yves Bolduc!

Caroline Roy Vice-présidente, Mesure Média

Plus médiatisée que les maires Denis Coderre et Régis Labeaume, Céline Dion et le mal-aimé ministre Yves Bolduc, Eugénie Bouchard bénéficie, depuis janvier 2014, d’une présence jamais atteinte par une athlète féminine dans les médias québécois.  

C’est assurément l’athlète dont on traite le plus ces jours-ci dans les médias au  Québec... avec P.K. Subban (le hockey n’est jamais loin, même en cette saison chaude). Avant le début du tournoi de la Coupe Rogers, le populaire joueur du Canadien de Montréal, en pleine négociation de contrat, recevait deux fois plus d’attention médiatique que l'étoile québécoise du tennis. Mais la nouvelle coqueluche a vite repris le dessus.

Depuis le 1er janvier 2014, Eugénie Bouchard est: 
       - Deux fois plus médiatisée au Québec que Céline Dion;
       - Trois fois plus médiatisée que le ministre Yves Bolduc, qui a connu son lot de manchettes controversées ces dernières semaines.

Encore plus étonnant: depuis le 1er juillet, elle dépasse les principaux politiciens québécois, qui, constatons-le, sont en mode vacances. Ainsi, Eugénie Bouchard est:
       - Deux fois plus médiatisée que le premier ministre Philippe Couillard;
       - Trois fois plus médiatisée que l’omniprésent maire de Montréal, Denis Coderre.

À la une du magazine Elle Québec ce mois-ci, l’athlète de 20 ans jouit d'une couverture de presse enthousiaste à son endroit, outre quelques critiques sur son association avec Coca-Cola. Pour Eugénie Bouchard, la couverture d'Elle Québec représente 54 530$ en gain de réputation, selon notre outil d’évaluation des médias en dollars mesure [d]*.

eugenie bouchard

C’est aussi une présence à l’étranger, si l’on pense qu’elle s’est retrouvée dans le magazine Vogue et qu’elle a fait la une des journaux au Royaume-Uni durant le tournoi de Wimbledon. Pour une marque qui s’associe à elle, Eugénie Bouchard est une athlète qui offre une visibilité médiatique déjà remarquable.

Coupe Rogers
Pendant ce temps, la Coupe Rogers profite amplement de la popularité des joueurs canadiens tels Eugénie Bouchard et Milos Raonic. L’édition 2013 du tournoi avait généré 12 628 retombées de presse dans les médias au pays sur trois semaines.

Pour les marques associées étroitement à l'événement, comme Rogers et la Banque Nationale, cela représente des millions de dollars en retombées médiatiques.

Très peu d’événements sportifs ou culturels au Canada obtiennent un gain de réputation aussi important en moins d’un mois.

L’édition 2014 aura sans aucun doute une médiatisation beaucoup plus importante en raison de la présence d’Eugénie Bouchard à Montréal et de Milos Raonic à Toronto.

* Après avoir déterminé le coût publicitaire avant négociation d’une retombée de presse, mesure [d] évalue différentes variables d’analyse afin d’établir le gain ou le déficit de réputation de la retombée. Ce gain ou ce déficit de réputation (en dollars) est calculé à partir de plusieurs critères quantitatifs et qualitatifs pondérés, dont le traitement journalistique accordé au message ainsi que les aspects graphiques et visuels. Mesure [d] est au service des organisations et des marques depuis 1994.

comments powered by Disqus