La référence des professionnels
des communications et du design

Indigestion d’infolettres et décrochage

Bianca Barbucci Formatrice au Campus Infopresse et experte marketing et expérience client, freelance

On vit une épidémie d’infolettres. Elles ont commencé comme un moyen facile et économique de communiquer avec les clients et prospects. Aujourd’hui, le monde est inondé d’infolettres qui se ressemblent toutes, mais se distinguent peu. Contribuez-vous à cette épidémie?

Vous êtes probablement abonné, tout comme moi, à une douzaine d’infolettres sinon plus, certaines qui nous stimulent professionnellement, d’autres pour nos besoins personnels de consommation.

On s’abonne souvent sans savoir, juste pour voir. Les infolettres sont désormais monnaie courante, il n’y a pas d’engagement, et le désabonnement est à un clic près si l'on n’y trouve pas notre compte.

Le nombre d’abonnés à une infolettre n’est pas indicateur du succès de l’entreprise. Les besoins des gens sont cycliques, et l’intérêt à votre infolettre est souvent propulsé par un besoin du moment. Les indicateurs de succès sont plutôt: le (faible) taux de désabonnement, mais surtout le taux d’ouverture, celui de clic et, finalement, celui de conversion (pour les infolettres commerciales).

Mais encore aujourd’hui, je me pose, comme tant d’autres, des questions qui semblent pourtant évidentes, mais auxquelles trop peu d’entreprises donnent de l’importance.

Pourquoi ne pas offrir la possibilité de voir un exemple de votre infolettre avant que le client ne donne son «oui»?

Le concept «essayez avant d'acheter» demeure toujours valide. Cela permettrait de gérer les attentes et de vous assurer que les gens s’abonnent pour les bonnes raisons. Cela entraînerait des abonnés beaucoup plus qualifiés et engagés qui ont sciemment consenti à un début de relation avec votre entreprise. Finalement, cela éviterait la question classique: Me suis-je vraiment abonné à ça? Conséquence: décrochage.

Pourquoi ne pas profiter de l’état d’esprit du client qui vient de consentir à recevoir votre infolettre, et inclure un lien à votre plus récent numéro dans votre courriel de confirmation/remerciement? Le client, qui attend deux jours, une semaine, voire deux avant de recevoir votre premier bulletin, risque carrément d’oublier qu’il s’est abonné. Conséquence: décrochage.

Vous devez absolument donner aux nouveaux abonnés une occasion immédiate de connecter avec votre marque et de profiter des offres déjà en vigueur. Conséquence: connexion et potentiel de revenus.

Pourquoi y a-t-il encore aujourd’hui aussi peu de personnalisation et, surtout, de pertinence dans le contenu?

Les infolettres qu’on reçoit sont rarement pertinentes et ne reflètent pas assez souvent nos préférences et notre comportement auprès de l’entreprise. Celles qui le sont, toutefois, sont remarquées et lues. Vos abonnés ne sont pas toujours homogènes; ils ont des besoins et des intérêts différents. Accumuler un minimum d’information pour connaître les sujets qui les intéressent est chose facile - les abonnés vous donneront en échange de l’information pour une communication plus pertinente. Les technologies sont maintenant à la portée de tous pour vous permettre de partir d’une même infolettre et d’y injecter un pourcentage de personnalisation/pertinence et ainsi d’interpeler vos abonnés avec la meilleure approche/accroche possible: celle qui leur parle.  

Vous pouvez alors vous poser la question: Pourquoi produire une infolettre, finalement? Les entreprises ne se rendent pas compte qu’il s’agit souvent ici de la première expérience que le client pourrait avoir avec votre marque. Raison pour laquelle il faut déterminer la ou les raisons de mettre sur pied une infolettre: l’objectif est-il notoriété et présence récurrente? Existe-t-elle pour communiquer des offres et des promotions génériques? Est-ce de la stimulation de l’achalandage en magasin ou sur le site? Il ne faut pas oublier de gérer les attentes des clients.

L’infolettre est un outil de connexion, de conversation et de conversion.

Pensez-y bien avant de la mettre sur pied et demandez-vous fréquemment si elle comble les besoins de vos abonnés!

comments powered by Disqus