La référence des professionnels
des communications et du design

3 tendances du contenu web en 2016

Audrey H. Forget Stratège de contenu, Tink

La mobilité et la démocratisation des plateformes numériques ont changé notre rapport à l’information: tout le monde peut créer et consommer du contenu, partout et toujours. 

Toutefois, la capacité de l’humain à absorber de l’information n’a pas augmenté. Avec la surabondance et l’instantanéité des contenus, l’internaute doit faire des choix: il ne peut pas tout consommer.

Alors, comment capter son attention? Que recherche-t-il? Voici trois tendances en stratégie de contenu:

La simplification
Pour consommer une plus grande quantité de contenu, l’internaute a besoin d’être efficace. Il recherche une information simplifiée, plus facile et rapide à consommer, que ce soit par l’adoption d’une plateforme particulière ou le choix d’un type de contenu.

Avec la surabondance et l’instantanéité des contenus, l’internaute doit faire des choix: il ne peut pas tout consommer.

Des exemples: Twitter et les publications limitées à 140 caractères. Boomerang pour Instagram et la capacité d’illustrer un événement, une émotion ou une situation en stop motion avec une application mobile facile d’utilisation. Les contenus visuels comme les infographies, les vidéos et Facebook Slideshow, qui permettent d’illustrer et de faire comprendre des idées ou des éléments plus ou moins complexes rapidement. Le contenu «top X» de type BuzzFeed, segmenté, sous-titré et concis. 

Un exemple de Buzzfeed ici

La curation et l’agrégation
Dans la mer d’information, rechercher et comprendre le contenu pertinent demande un temps considérable. La curation devient donc une solution idéale: on laisse un leader d’opinion ou un influenceur sélectionner, contextualiser, éditer et partager du contenu susceptible d’être intéressant, selon un sujet ou un public cible visé. 

Un exemple: TheSkimm et son infolettre quotidienne, qui reprend et vulgarise brillamment des nouvelles pertinentes pour les femmes de la génération Y.

L’agrégation de contenu est aussi une tendance populaire qui permet à l’internaute de rassembler rapidement une foule d’information sur un sujet précis en un seul endroit.

Des exemples: les hashtags et la possibilité de rechercher en un clic l’information publiée sur un sujet. Pinterest et les tableaux thématiques. Les listes sur Twitter pour regrouper plusieurs utilisateurs et les suivre facilement. Les outils comme Google Alertes pour recevoir l’actualité sur un sujet déterminé directement dans sa boîte de courriel.

Considérant la tendance actuelle et la multiplication des objets connectés, il semble évident que l’omniprésence du numérique et l’hypersollicitation de l’humain s’intensifieront. 

La personnalisation
La mobilité et l’hyperconnectivité ont mis un terme au contenu de masse. Pour avoir plus de chance de capter l’attention de l’internaute, on doit maintenant lui offrir un contenu ciblé et pertinent en fonction de ses besoins, eux-mêmes influencés par des facteurs comme le moment, la localisation et l’environnement. Il faut savoir quoi lui dire, mais surtout quand, où et comment.

Des exemples: le fil de nouvelles Facebook et Netflix, qui utilisent des algorithmes pour proposer du contenu personnalisé selon les préférences des utilisateurs. Les Beacons et la possibilité d’offrir un contenu en fonction de la géolocalisation. Amazon et ses suggestions évolutives selon les habitudes d’achat de l’internaute.

L’avenir du contenu web
Considérant la tendance actuelle et la multiplication des objets connectés, il semble évident que l’omniprésence du numérique et l’hypersollicitation de l’humain s’intensifieront. La capacité des créateurs de contenu et des marques à capter l’attention de l’internaute sera donc directement liée à la pertinence de leur contenu. Puisqu’elle agit comme gardienne de cette pertinence, la stratégie de contenu deviendra, plus que jamais, un vecteur de réussite dans l’atteinte des objectifs d’affaires et de communication.

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus