La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Retour sur la carrière de Michel Ostiguy, Daniel Rabinowicz et Pierre Savard

Bâtisseur: Michel Ostiguy

Michel Ostiguy, cofondateur de l’agence Bos, a instauré des façons de fonctionner qui ont marqué la publicité autant sur le plan de la création, de la stratégie et de la créativité média que de l’entrepreneuriat et des relations avec les annonceurs. Ainsi, il a exercé un impact considérable dans le paysage publicitaire du Québec. Il est toujours prêt à mettre son expérience, et son vaste réseau, au service d’autres innovateurs, de même qu’à en faire bénéficier de nombreuses causes. 

Michel Ostiguy a notamment été associé et directeur général de Cossette Montréal, cofondateur et président de Bos, et président-directeur général de Dentsubos.​

Michel Ostiguy a amorcé sa carrière au service-conseil de BCP avant de passer chez Cossette. Il y a passé 10 ans, notamment à titre d’associé et de directeur général du bureau de Montréal. En 1988, avec André Beauchesne et Yves Simard, ex-collègues de Cossette, il a fondé Bos (pour Beauchesne Ostiguy Simard). La petite agence s’est imposée rapidement autour de deux principes: simplicité en toute chose et priorité à la création. Le trio a secoué l’industrie et lui a apporté une immense bouffée de fraîcheur. Au moment de la disparition d’Yves Simard, Roger Gariépy a pris la relève. Durant plus de 20 ans, le brio créatif de l’agence ne s'est pas démenti. C’est sous l’impulsion de son autre associé, Claude Carrier, que Bos s’est implantée en 1998 à Toronto. En 2012, Bos est devenue DentsuBos et a poursuivi sur sa lancée.

Au fil des années, l’agence a cumulé plusieurs campagnes marquantes, souvent récompensées au Québec comme sur la scène internationale, pour des annonceurs aussi diversifiés que l’Archevêché de Montréal, la Banque Nationale, Couche-Tard, Fido, Honda, Ïogo, Jean Coutu, KébecSon, Nissan et St-Hubert pour n’en nommer que quelques-uns. En 2008, dans un numéro spécial d’Infopresse célébrant les 20 ans de Bos, Bruno Boutot, ex-rédacteur en chef, résumait ainsi l’approche de l’agence: «La publicité? C'est simple. Ultrasimple. C'est leur job, et ils sont les meilleurs, pas parce qu'ils vont protéger vos arrières avec des murs de statistiques, mais parce qu'ils vont prendre toute la complexité du marketing, du pricing, des communications internes, du branding, de l'identité, des produits, puis simplifier le tout dans une stratégie, un message, une phrase, une image. Simple. Quels que soient le fouillis des problèmes et la somme de connaissances qu'ils vont y consacrer, ça va être simple, limpide, éclairant pour l'annonceur, pour ses employés et pour ses consommateurs.»

Si ses propos sont exempts de jargon, les principes qui sous-tendent son travail sont clairs: travail d’équipe, décloisonnement des disciplines, rapports humains et, toujours, la créativité avant tout.

Simplicité

Simple. Ce mot revient souvent lorsqu’il est question de Michel Ostiguy. Si ses propos sont exempts de jargon, les principes qui sous-tendent son travail sont clairs: travail d’équipe, décloisonnement des disciplines, rapports humains et, toujours, la créativité avant tout. C’est pour ces raisons que Michel Ostiguy s’est imposé comme un chef de file inspirant qui a toujours su attirer le talent. L’environnement créé chez Bos, combiné à la personnalité des associés, a généré un climat unique. D’ailleurs, plusieurs employés, d’hier à aujourd’hui, témoignent de cette expérience unique et de leur respect pour le dirigeant qu’ils ont eu le plaisir de côtoyer

Michel Ostiguy a toujours eu à cœur l’industrie des communications québécoises, se montrant capable, à cet égard, de voir au-delà de la concurrence entre agences. Par exemple, aux débuts de l’agence Lg2, il a hébergé les fondateurs dans les bureaux de Bos. Il s’est en outre engagé, durant les années, envers différents organismes tels que la Fondation Martin Matte et les Éditions du Boréal, mais aussi dans des projets innovants, alors qu’il a notamment été l’un des investisseurs du second film de Xavier Dolan, Les amours imaginaires.

MOT DU JURY

«En plus de bâtir une agence marquante dans le paysage québécois, Michel Ostiguy a apporté une nouvelle façon de faire de la publicité. Il nous laisse en héritage un savoir-faire, celui de créer de l’impact, aujourd’hui plus que jamais nécessaire à notre industrie. Il fait partie de ces grands leaders et mentors, discret, mais doté d’une grande générosité en regard de sa communauté