La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Saint-Valentin: pour l'amour de la publicité

L'amour selon Google... et le réalisateur Laurence Baz Morais

Son vrai nom est Laurence Morais Lagacé, mais Baz est resté bloqué après son 14e anniversaire. L'artiste-réalisateur, qui travaille notamment avec Les Enfants, a choisi de regarder l'amour dans une série de recherches Google. 

Laurence baz morais

réalisateur

Quand Infopresse m’a demandé d’écrire sur l’amour, je me suis dit que c’était impossible. L’amour? WTF. Je n’ai aucune idée de ce que c’est. Mes ex me l’ont toutes dit. Je connais juste la partie qui fait mal. Celle après l’amour. Celle qui te noue l’estomac. Celle qui te fait paniquer et texter des affaires niaiseuses. Ça, je connais. J’ai même conservé tous les échanges textos de ruptures, dans un fichier où je ne vais jamais. Ces émotions-là, je les connais par cœur. Mais celles qui se déclenchent lorsque ça va bien, je ne sais pas ce qu'elles sont. Je ne les comprends pas. Je dois être brisé.

Le moteur de l'amour

Ça m'a rappelé la publicité Parisian Love de Google, réalisé par mon ami et collègue Aaron Duffy, il y a presque 10 ans. Une histoire d’amour vue par une série de recherches Google. Une publicité simple et efficace qui met en scène le produit sans qu’on s’en rende compte. On ne parle pas du produit une seconde. Il n’est qu’au service de l’histoire. C’est le genre de pub que j’aime: originale, intelligente, mais qui n’a pas l’air d’avoir été forcée. On dirait qu’on aurait tous pu concevoir cette pub. Et c’est justement dans ça que réside le génie de la patente. Idée + exécution = 100%.

C’est ce qui manque souvent en publicité, qu’on parle d’amour ou non: une bonne histoire qui intègre le produit d’une manière naturelle.

Grâce à une publicité comme Parisian Love, j’ai même appris des affaires. J’ai compris ce qu’était l’amour. C’est facile, finalement. Il faut juste rencontrer une fille, lui faire plaisir, la marier, puis lui faire des bébés.

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.