La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Retour sur la carrière de Normand Grenier, Pierre Delagrave et Yves Gougoux

Allié: Normand Grenier

Normand Grenier était un amoureux de l'industrie québécoise des communications-marketing. Il a contribué à l’informer, mais aussi à la rassembler d’une manière inestimable.

Normand Grenier a fondé en 1992 – il y a donc 25 ans – Le Grenier aux nouvelles, dont il a été le rédacteur en chef pendant des décennies. Il a ainsi joué un rôle majeur, dans le milieu des communications, pour la circulation de cette denrée primordiale qu’est l’information. Ainsi, il a mis en contact un nombre important de communicateurs et en a aidé beaucoup, notamment, à se trouver un emploi. Le Grenier aux nouvelles continue de se renouveler et de prospérer, avec à sa tête Éric Chandonnet, à qui Normand Grenier a cédé l’entreprise en 2012.  

«Il était passionné par son travail et par les gens qu’il côtoyait. Sa douce folie, son énergie flamboyante, sa créativité sans limites nous auront tous marqués.»
- diane grenier 

Entremetteur

Honoré par l’APCM en 2012, Normand Grenier a été décrit comme « une personne hors du commun, un observateur, un fouineur, un réseauteur, un documenteur, un newsjunkie et souvent un entremetteur », en ajoutant : « Bien des affaires se sont menées, des carrières se sont tracées, et bien des destins se sont noués, grâce à sa plume aussi précise qu’influente ». À lui seul, Normand Grenier a contribué à rassembler toute une communauté et réussi grandement à faire progresser l’industrie.

Soutenir l’industrie

En plus de cet intérêt sincère pour les activités de l’industrie et ses artisans, on note, de la part de Normand Grenier, un intérêt particulier pour la relève et les entreprises émergentes, le tout avec une grande ouverture et en démontrant un intérêt marqué envers les gens : il s’est toujours intéressé aux jeunes et aux entreprises émergentes. Beaucoup de ceux et celles qui se sont hissés aujourd’hui dans des postes d’influence, ou dont l’entreprise a grandi de façon notable, se souviennent encore du souci que montrait Normand à mettre en lumière leurs activités, alors qu’ils étaient encore des inconnus… Parmi les initiatives qu’il a laissées, notons la remise des « Greniers d’or » : ce concours, qui récompense les meilleures cartes de Noël est rapidement devenu, mine de rien, une façon, pour les jeunes créateurs de la relève, de se faire valoir.

Triste nouvelle

Au moment d’écrire ces lignes, nous avons appris que Normand s’était éteint le dimanche 19 mars. Il était âgé de 72 ans. Son décès a été constaté à l’hôpital de Saint-Jérôme, après un long combat contre le cancer du cerveau. À l’annonce de la nouvelle, plusieurs membres de l’industrie ont souligné l’importance de sa contribution. « Normand aurait été grandement touché de recevoir cet honneur de la part de l’industrie qu’il a tant aimée, explique Diane Grenier, épouse de Normand. Il était passionné par son travail et par les gens qu’il côtoyait. Sa douce folie, son énergie flamboyante, sa créativité sans limites nous auront tous marqués. Merci pour cette marque de reconnaissance de la part de toute la famille. » 

MOT DU JURY

« Normand Grenier était un “ réseauteur ” incomparable, mais avant tout un authentique amoureux de l’industrie des communications. Il a contribué à informer cette industrie, mais aussi à la rassembler d’une manière inestimable. Le tout, avec une grande ouverture et en démontrant un intérêt sincère envers les gens, à commencer par la relève et les entreprises émergentes. »

comments powered by Disqus