La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Saint-Valentin: ménage à deux en affaires

Sacha Ouimet et Pierre-Luc Paiement: la lune de miel

Même s'ils sont partenaires d'affaires depuis à peine un an chez KBS, Sacha Ouimet, directeur de création principal, et Pierre-Luc Paiement, directeur général, ont déjà conçu des cédéroms ensemble au cégep et partagé pendant plusieurs années le même cubicule pour un centre d’appels en télémarketing.

Vous connaissiez-vous avant de travailler ensemble?

Pierre-Luc: Oui, même avant de se connaître, nous étions au même endroit dans un bled en Australie pendant plusieurs mois, sans s’être toutefois croisés.

Est-ce votre premier duo de gestion et si non, avec qui en formiez-vous un avant?

Sacha: Disons que c’est notre premier duo de gestion dans les communications. Nous nous attendions mutuellement, c’était important que cette première fois soit ensemble. Mais sinon, Pierre-Luc a cofondé un bar à Amsterdam avec un ancien militaire de la marine américaine (salut, Josh!).

En quoi vous complétez-vous l’un et l’autre?

Sacha: Pierre-Luc et moi sommes des gens très compétitifs, que ce soit dans le sport, dans la vie ou au travail, nous aimons nous «challenger» et nous requestionner. Notre amitié de plusieurs années nous permet d’être extrêmement transparents l’un envers l’autre. Une autre de nos forces est de vite comprendre qui est le meilleur pour une situation donnée. Nous n’avons aucune guerre d’egos et c’est ça qui fait que nous formons le meilleur duo.

Pierre-Luc: Notre duo a un humour propre, permettant de désamorcer les situations précaires ou tendues. Cette façon unique de communiquer nous permet d’éviter de stresser, de garder le focus et de continuer d'avancer. Au-delà du rire, nous ne laissons pas de place à nos egos, ce qui permet à nos visions de s’accorder l’une à l’autre, puis de devenir meilleurs ensembles.

Qu’est-ce que vous admirez le plus chez votre partenaire?

Sacha: Vous n’avez qu’à passer quelques instants avec Pierre-Luc pour constater sa nature charismatique. Dans une pièce, il ne tardera pas à séduire les gens et à bien comprendre son auditoire. Ce talent lui sert tant au plan professionnel que personnel (rire). Un autre aspect qui m’a toujours charmé chez lui, c'est son côté de leader naturel. Avec son fort charisme, son caractère de leader, et en combinant sa passion pour le jeu Civilisation, il pourrait facilement être notre prochain Justin Trudeau.

Pierre-Luc: Sacha est un sacré charmeur, il faut se le dire. Il est le «wing man» parfait dans n’importe quelle situation où tu dois attirer et captiver l’attention de quelqu’un. Disons qu’il a un très grand cœur et partage bien ses succès (à interpréter de multiples façons). Sur le plan personnel, c’est son sens de la loyauté que j’admire le plus. Il donnera tout son temps et son soutien à ses proches. 

Qu’est-ce qui est le plus sous-estimé chez votre partenaire?

Sacha: Son sens créatif et sa facilité à comprendre le potentiel d’une idée. J’aime souvent brainstormer avec Pierre-Luc pour des concepts: il possède une énorme culture publicitaire et comprend bien comment capter l’attention. Son esprit d’analyse nous permet souvent de solutionner un problème stratégique ou créatif. Il ne faut pas oublier que Pierre-Luc a toujours eu ce côté créatif, ce n’est pas pour rien qu’il a flirté durant un an en commercialisation de la mode.

Pierre-Luc: Son sens des affaires est sous-estimé. Malgré son grand talent créatif et sa passion pour tout ce qui touche l’industrie des communications, Sacha pourrait aussi bien être à la tête d’une entreprise de portes et fenêtres, et réussir. Il comprend bien les enjeux d’affaires et cela s’avère très utile dans nos relations avec nos clients afin de parler le même langage qu’eux sur tous les plans. 

Quel point de discorde revient le plus souvent entre vous?

Sacha: À une certaine époque, les filles. Aujourd’hui, son talent naturel dans tous les sports m’énerve vraiment (parce que je suis compétitif!). Côté professionnel, rien. Nous nous rappelons toujours que nous sommes des amis avant d’être des partenaires de travail, peu importe où l’avenir nous mènera, je vous prédis que Pierre-Luc et moi aurons une chambre côte à côte aux Résidences Soleil.

Pierre-Luc: La façon dont je sers au ping-pong. Sacha a beaucoup de difficulté à retourner mes balles et ça le fâche. Il est très compétitif. Outre cela, nous sommes toujours en lune de miel, donc difficile de trouver un élément spécifique de discorde. Reparlons-en dans un an, on verra rendu là.

À qui, entre Claire et Frank Underwood dans la série House of Cards, identifiez-vous votre partenaire et pourquoi?

Sacha: Bonne question... Je crois que si Pierre-Luc jouait dans cette série il serait au-dessus de ces personnages, car son intelligence émotionnelle et sa façon de lire les gens le rendraient beaucoup trop fort pour des personnages secondaires comme Frank et Claire. Cela dit, dans le film Dirty Dancing, il est clairement Patrick Swayze.

Pierre-Luc: Je ne crois pas que Sacha ait assez soif de succès et de pouvoir pour laisser ses valeurs de côté. Donc, c'est difficile de l'identifier à l’un ou l’autre des personnages. Je ne pourrais pas travailler en partenariat avec un Frank ou une Claire, de toute façon. Par contre, Sacha peut être un excellent négociateur. Donc, plutôt Frank pour ce trait de personnalité.  

Croyez-vous que votre duo ira loin et pourquoi?

Sacha: Oui, Pierre-Luc et moi sommes là pour rester et marquer notre industrie. Nos clients croient en nous et nous avons la conviction que nous les aidons à faire une différence et à percer le «bruit» publicitaire. Mohamed Ali disait: «If my mind can conceive it, and my heart can believe it, then I can achieve it». Nous sommes les meilleurs amis du monde, nous sommes passionnés pour notre travail et croyons aux forces de l’autre. Donc, aucune raison de ne pas être les meilleurs dans notre domaine. 

Pierre-Luc: Comme disait l’économiste John Maynard Keynes, «à long terme, nous sommes tous morts». Nous profitons bien du moment présent et nous assurons de garder le focus pour bien servir nos clients, jour après jour. Cela dit, comme disait l'économiste Ludwig von Mises: «Brûler ses meubles n'est pas forcément une bonne méthode pour chauffer son logis...» (rire) Nous sommes donc également guidés par une vision commune à long terme. Comme il a été mentionné à son épouse le jour de leur récent mariage, Sacha et moi sommes inséparables. J’ai donc moi aussi un petit bout de corde autour du cou...

Photo: Mariane Vaillancourt

comments powered by Disqus