La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
30/30 Infopresse: l'avenir de l'industrie

Bruno Choinière: chercher les nouveaux défis

En tant que directeur de création et associé d'Akufen, Bruno Choinière participe à tous les projets créatifs de l'agence, du volet affaires jusqu'au culturel. 

À seulement 30 ans, il a permis à son agence de s'associer aux plus grands groupes de restaurateurs en Amérique, comme Mario Battali, Spout LA et Momofuku. Parmi les projets culturels et documentaires web qu'il pilote, Émilie et Insomnie ont été représentés notamment à des événements tels qu'IDFA à Amsterdam, Tribeca Film Festival et South by Southwest. 

Mais c'est son œuvre Dada Data qui lui a permis de se tailler une place à titre de formateur et conférencier lors des plus grands rassemblements de l'industrie numérique. 

Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fier?

Le projet Dada-Data, une œuvre interactive célébrant les 100 ans du mouvement artistique Dada. Il transmet parfaitement ma vision ultime de la création numérique, de ses possibilités à marier tous les genres et de sa capacité à atteindre des publics de partout. C'est aussi – et surtout – un projet auquel ont travaillé presque tous les artisans du studio, autant en design qu'en programmation.

Que représente pour vous une mention à ce palmarès?

Une grosse tape dans le dos.

Que vouliez-vous devenir lorsque vous étiez enfant?

Comme mon père: photographier les plus belles femmes du monde dans les plus beaux endroits du monde.

Qu'est-ce qui vous a incité à faire ce que vous faites aujourd'hui?

J'ai eu la chance de grandir entouré de gens de talent dans le milieu des arts et des communications. Chaque fois que je tombais sur le travail d'un designer graphique, je me disais que c'était ce que je voulais faire. Ça représentait pour moi la chance de travailler avec plein de talents provenant d'univers différents et de vivre des histoires uniques à chaque projet. Ce n'est qu'une fois sur le marché du travail que j'ai découvert le monde de l'interactif. Pour moi, c'était une révélation: je pouvais imaginer créer une expérience mélangeant sons, images, vidéos, animations, design, typo, etc. Cela a été une excellente chose considérant que j'étais un assez piètre designer graphique en imprimé. 

Quel est le plus grand défi d'un professionnel des communications aujourd'hui?

Je crois que nous nous entendons tous sur le fait que le monde de la publicité et des communications a énormément changé ces dernières années. C'est en grande partie attribuable aux nouvelles technologies, qui s'imposent de plus en plus dans notre vie de tous les jours. Pour un studio qui fait en grande partie de l'interactif, c'est parfois plutôt difficile de s'adapter et de suivre les fluctuations.

Comment pensez-vous ou souhaitez-vous influencer l'industrie? Changer les choses?

C'est dur de changer les choses réellement dans l'industrie numérique! Avec les géants Google, Amazon, Facebook et Apple qui établissent les règles et qui monitorent tous nos faits et gestes, naviguer dans l’inconnu devient plus difficile. Nous sommes plutôt en mode réactif face aux géants qui tirent les ficelles au-dessus de nous. Cela dit, il y a des failles dans tout système! Quand tu tombes sur une d'elles, il faut savoir en tirer profit et l'exploiter à ton avantage. 

Qu’est-ce que vous ne serez pas dans 10 ans?

Je ne me serais jamais imaginé être où je suis il y a 10 ans, à travailler avec des artisans tous plus talentueux les uns que les autres et à être associé dans un studio de création comme le nôtre. Alors, si vous me demandez où je ne serai pas dans 10 ans, j'aimerais vous dire que je ne serai pas celui qui sera dans cette industrie par réflexe, par habitude ou par contrainte. Je serai là où je me sentirai encore utile et challengé. 

Qui est votre plus grand modèle/mentor?

Je n’ai pas une personne en particulier. J’admire trop de gens et de mouvements provenant d'autres sphères qui n'ont rien à voir avec mon domaine. J’admire la capacité de se réinventer jour après jour d’un grand chef, la façon dont un réalisateur peut diriger une équipe ou qu’un musicien peut improviser...

Quelle est votre devise?

«Moitié party, moitié internet.»

En tête-à-tête avec quelqu’un (mort ou vivant), ce serait avec qui? 

Charlie Parker «Bird». Selon moi, il a été le plus grand saxophoniste de l'histoire.  

Quel projet vous rend vert de jalousie?

J’adore tout ce que réalise l’agence RESN. Vraiment beaucoup.

Quelle est votre plus grande déception?

Constater qu'un des projets dont je suis le plus fier et dans lequel nous avons mis tellement d'efforts n'a jamais reçu la visibilité qu'il méritait. Ce fut une leçon pour nous qu’il faut parfois apprendre à mieux nous entourer. Il s'agissait de la bande dessinée interactive The Wanted 18. 

Comment décrivez-vous votre travail à votre mère?

J’ai la chance d’avoir une maman jeune et techno qui comprend super bien ce que je fais dans la vie. :)

 

Photo: Stephany Hildebrand, de Zetä Production

comments powered by Disqus