La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Grands Prix de la commandite 2017

Marlène Hins: «Le compromis n’était pas une option»

Elle a présidé le jury de la troisième édition du concours des Grands Prix de la commandite et était responsable d'ajouter une nouvelle catégorie pour la relève. Voici le discours de Marlène Hins de Lowe's et son jury.

Dans la composition du jury, Marlène Hins, vice-présidente, services marketing central, de Lowe's, souhaitait notamment sélectionner des membres qui ne faisaient pas fait partie du jury les deux dernières années de ce concours.

Elle a orienté son équipe autour de grands axes. D'abord, l'aspect innovant des activations était très important.

Le choix des membres du jury reposait sur la diversité d'expertises, «afin de profiter d'analyses des pièces sous des angles différents».  

Sept professionnels reconnus et chevronnés de l’industrie l'ont accompagnée dans l'évaluation de plus de 30 cas d’activation soumis par une vingtaine d’entreprises: 

- Anick Beaubien, directrice de marques et du développement stratégique, de La Presse
- Sandrine Bourlet, directrice, marketing et expérience client, de la Société des alcools du Québec
- Julie Desrochers, directrice de création de Sid Lee
- Julie Gélinas, directrice du marketing des Producteurs de lait du Québec
- Mélanie Miron, directrice principale publicité, marque et commandites, de BMO Groupe financier
- Jonathan Prunier, directeur, marketing et communications, de l'Orchestre symphonique de Montréal
- Hubert Richard, vice-président d'Effix

Discours de Marlène Hins lors de la remise de prix

Nous en sommes à une troisième et belle année des Grands Prix de la commandite

L’idée de ce concours est de reconnaître l’excellence en commandite au Québec, et je dois dire que 2017 est une bonne cuvée à ce niveau.

Ce fut un privilège pour moi de présider cette édition du concours, et encore plus de pouvoir compter sur un jury hautement expérimenté, et ce, dans différentes sphères de l’industrie.

Le compromis n’était pas une option, nous avons donc eu plusieurs bonnes discussions où tous les points de vue étaient considérés.

Nous voulions reconnaître les projets innovants, mais surtout les activations permettant aux utilisateurs de vivre des expériences hors du commun ou encore de maximiser l’engagement envers les marques.

Une nouveauté cette année, reconnaître la relève via le ix nouvel événement. Il était important de mettre de l’avant les nouveaux événements et les nouvelles propriétés qui font tranquillement leur place, vous avez d’ailleurs pu apprécier ce qui se fait durant la période de présentation auprès des dragons de la commandite.

Nous avons eu droit à de belles exécutions et de la créativité pour des marques dans des contextes où il n’y avait sans doute pas d’attachement naturel. Mais grâce à des activations réfléchies et originales, l’engagement auprès de ces marques a été réussi.

Il peut paraître difficile d’obtenir des résultats ou encore d’établir des objectifs mesurables. C’est pourtant critique de le faire dans un but notamment d'effectuer les bons choix de commandites, de les optimiser, mais aussi d’en assurer la pertinence dans le mix-marketing.  Je n’aborde même pas ici le sujet de «comment vendre la commandite à son comité exécutif»!

Les cas soumis cette année avaient pour la plupart respecté ce critère rattaché aux résultats, mais un conseil pour l’an prochain, assurez-vous de la pertinence des résultats soumis.

Encore une fois, merci à tous les membres du jury qui ont accepté l’invitation de se joindre à moi, à tous les événements, agences, marques, propriétés qui ont soumis des cas et, bien sûr, à Infopresse de m’avoir permis de vivre cette expérience et de contribuer au rayonnement de la commandite au Québec.

 

---

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles d’Infopresse.

comments powered by Disqus