La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Télé: bilan des programmations

En chiffres: comment les Québécois consomment-ils la télé?

Maintenant que la saison des lancements de programmation est terminée, revoyons quelques statistiques et les grandes lignes de l’actualité des derniers mois.

Quelques chiffres

COMMENT LES CANADIENS REGARDENT LA TÉLÉVISION

SOURCE: NUMERIS, À LA MESURE DES NOUVELLES PRATIQUES TÉLÉVISUELLES, 22 AVRIL 2016. 

La télévision traditionnelle, encore au sommet
En 2016, la télévision ne se limite plus au téléviseur: l’écoute de contenu vidéo peut se dérouler sur plusieurs plateformes. Pourtant, les Canadiens privilégient encore la méthode traditionnelle. Ils regardent en moyenne 18,9 heures de télévision par semaine de cette manière, contre 6,1 en télévision par contournement.

Les Québécois passent beaucoup de temps devant le téléviseur
En moyenne, les Québécois ont regardé 33,67 heures de télévision par semaine en 2015. Si ce nombre demeure élevé, il diminue depuis au moins deux ans. En 2014, ils passaient en moyenne 33,91 heures par semaines devant la télé et 34,16 en 2013. Les groupes d’âge qu’on retrouve le plus devant le téléviseur sont les 50-64 ans (40,69 heures par semaine) et les 65 ans et plus (54,52 heures par semaine). À l'inverse, ceux qui regardent le moins la télévision sont les 18-24 ans (19,31 heures par semaine) et les 25-34 ans (23,21 par semaine).

Heures de pointe
Les heures les plus achalandées se situent de 17h à 22h et le pourcentage de téléviseurs allumés atteint son paroxysme à 20h. Les heures de grande écoute sont les mêmes dans le reste du Canada, mais une moins grande proportion de la population se retrouve devant le téléviseur. Par exemple, si 54% des Québécois sont devant la télé à 20h, seulement 37,6% des Canadiens le sont. 

Répartition de l'auditoire
Le réseau généraliste attirant le plus jeune auditoire est Télé-Québec, avec 23,8% de son auditoire ayant de 2 à 11 ans. À l’opposé, le réseau généraliste avec le public le plus âgé est Radio-Canada. Il est composé à 62,7% de personnes de 55 ans et plus. Par ailleurs, les réseaux généralistes sont majoritairement regardés par des femmes.

RÉPARTITION DE L'AUDITOIRE PAR GROUPE D'ÂGE

SOURCE: NUMERIS (SONDAGES BBM)


Investissements publicitaires 
Les investissements publicitaires en télévision au Québec ont chuté de 4,75% de 2013 à 2014, passant de 796,6 millions$ à 758,7 millions$. Cependant, la télévision demeure le média où les investissements sont les plus importants, devant internet et la mobilité.

 

SOURCE: NUMERIS

Parts d’écoute
La grande majorité des parts d’écoute sont prises par les réseaux francophones: les réseaux généralistes francophones occupent 49,1% des parts (24,6% TVA, 13,6% Radio-Canada, 7,7% V et 3,1% Télé-Québec) et les réseaux spécialisés francophones prennent 43,5% des parts d’écoute (dont 4,1% à RDS, 3,3% à LCN, 3,1% à Canal D, 2,9% à Séries+ et 2,8% à Canal Vie). Les 7% restants sont alloués aux réseaux anglophones et américains.

Dans le reste du Canada, les réseaux spécialisés anglophones prennent plus de place, soit 50,3% des parts d’écoute. Les réseaux généralistes anglophones récoltent quant à eux 35,9% des parts.
 

L'actualité en bref

Nouveau règlement du CRTC
Le 1er mars 2016 entrait en vigueur le nouveau règlement du CRTC obligeant les câblodistributeurs à offrir des forfaits de télévision de base à un coût maximal de 25$ par mois. Ces changements font suite aux audiences publiques Parlons Télé, durant lesquelles les Canadiens ont indiqué au CRTC vouloir plus de choix, de souplesse et d’abordabilité dans les services de télévision.

Les Canadiens sans téléviseurs
Selon une étude du Media Technology Monitor publiée en avril dernier, 20% des Canadiens ne sont pas abonnés à un service de télévision payant et n’ont pas d’antenne. Mais la moitié regardent tout de même du contenu vidéo sur d'autres plateformes. 

LA TÉLÉVISION QUÉBÉCOISE ET SES VEDETTES ONT CRÉÉ QUELQUES REMOUS DEPUIS LE DÉBUT DE 2016. 

Les grands noms de la télévision québécoise
La télévision québécoise et ses vedettes ont créé quelques remous depuis le début de 2016. On apprenait notamment en janvier que BazzoTV allait disparaître après 10 ans à Télé-Québec. La cause: le resserrement de l’application des critères de financement de Patrimoine Canada, qui considère désormais BazzoTV comme une émission de type «interview-variétés». Cela faisait suite à l'annulation de l'émission de Christiane Charrette, et l'annonce a suscité des réactions sur la place de ce type d’émission à la télévision québécoise, dont celles de Marie-France Bazzo et de Denis Dubois, directeur général de la programmation de Télé-Québec.

VÉRONIQUE CLOUTIER

Si Télé-Québec a laissé partir deux de ses animatrices-vedettes, Radio-Canada a rapatrié Véronique Cloutier, absente de l’antenne du diffuseur public depuis trois ans. Elle aura sa propre chaîne sur Tou.tv, Véro.tv, à son image et mettant de l’avant la famille, la mode, l’alimentation et l’humour. Également, elle sera à la barre d’une nouvelle émission hebdomadaire à Radio-Canada qu'on axera sur ses intérêts et coups de cœur. Les sujets et thèmes seront déclinés en commentaires, parodies et hommages.

LES AMÉRICAINS SEMBLENT ADOPTER UN NOUVEAU MODÈLE OÙ LE CONTENU REMPLACE LA PUBLICITÉ.

À l'international: moins de pub, plus de contenu
Enfin, les Américains semblent adopter un nouveau modèle où le contenu remplace la publicité. En décembre 2015, General Electric, un des plus gros annonceurs aux États-Unis, a annoncé sa décision d’abandonner la publicité durant les heures de grande écoute. Parallèlement, la marque a créé son propre contenu sous forme de baladodiffusion racontant l'histoire de science-fiction: The Message. Bien que fictive, la série de huit épisodes présente de vraies technologies de General Electric pour aider le personnage principal, Nicki.

Et si les grands rendez-vous en direct demeurent une garantie de forts auditoires pour les annonceurs, certaines émissions et certains réseaux choisissent de diminuer le temps de publicité. C’est le cas de Saturday Night LiveAfin de répondre aux attentes des téléspectateurs et de leur offrir plus de contenu, NBC va réduire le temps publicitaire de 30% pour la 42e saison de l’émission humoristique. En contrepartie, le réseau propose la possibilité d’établir des partenariats afin de créer du contenu commandité original. Cette offre est toutefois limitée: elle ne sera proposée que six fois par année.

comments powered by Disqus