La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
30/30 Infopresse: qui sont les leaders de demain?

Marie-Christine Nolet: créativité analytique

La gestionnaire, marques globales, de Couche-Tard est âgée de 28 ans.

Passionnée par le marketing, la publicité et le monde des affaires, Marie-Christine Nolet possède un baccalauréat, avec une concentration marketing, de l’Université McGill. Dès la fin de ses études, elle s’est dirigée vers l’alimentation et le commerce de détail en raison de l’évolution constante de cette industrie et de la réactivité requise.

Elle a amorcé sa carrière chez Groupe Compass Québec en tant que coordonnatrice du marketing. Puis, en 2012, elle a fait le saut chez Couche-Tard en tant que chargée de projets marketing. Ces deux dernières années, elle a été à la tête des décisions de stratégie de marketing, de l’image de marque et des communications en tant que gestionnaire du marketing et porte-parole.

En mai dernier, on lui a offert le poste de gestionnaire, marques globales, afin de gérer les marques d’Alimentation Couche-Tard, comprenant Circle K, Couche-Tard et Ingo. Ce nouveau poste lui a permis de se joindre à l’équipe globale et de devenir ainsi responsable des stratégies de marketing communicationnelles tant traditionnelles que numériques du réseau mondial, donc pour plus de 15 000 points de vente. 

Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fière?
Le changement à 180 degrés de la stratégie de communication et d’image de marque pour Sloche effectué en 2015. La marque avait une identité bien établie depuis plus de 15 ans, mais elle devait se réinventer pour rester pertinente auprès de la cible.

Que représente pour vous une mention à ce palmarès?
Une très belle récompense pour tous les efforts et sacrifices des dernières années. Faire partie de ce palmarès, parmi tous ces gens talentueux, représente une très belle reconnaissance. J’en déduis que j’ai eu à ma façon un impact sur une industrie que j’affectionne particulièrement.

Que vouliez-vous devenir lorsque vous étiez enfant?
Je désirais être otorhinolaryngologiste. C’était vraiment juste parce que j’aimais le nom! La médecine n’est assurément pas pour moi.

J’ai toujours eu en moi un côté créatif et un côté rationnel.

Qu'est-ce qui vous a décidée à faire ce que vous faites aujourd'hui?
J’ai toujours eu en moi un côté créatif et un côté rationnel. J’ai vu mes parents bâtir et gérer leur propre entreprise. Cela a développé mon intérêt pour le monde des affaires. Je savais qu’en choisissant le marketing, je pouvais à la fois mettre à profit ma créativité et mon esprit analytique afin d'élaborer des stratégies innovatrices.

Quel est le plus grand défi d'un professionnel des communications aujourd'hui?
Atteindre le consommateur. Ses exigences sont de plus en plus grandes. Si une marque n’arrive pas à lui fournir une valeur ajoutée propre à ses besoins et à ses désirs, son sentiment d’appartenance sera inexistant. Le consommateur évolue à vitesse grand V et la concurrence est féroce. Les marques d’aujourd’hui doivent s’adapter au rythme afin de rester pertinentes.

Comment pensez-vous ou souhaitez-vous influencer l'industrie? Changer les choses?
Il est possible de faire bouger les choses, même si, parfois, ça semble impossible. Opter pour des stratégies non traditionnelles dans un marché avec un long héritage traditionnel est également possible. J’espère avoir démontré jusqu’à présent que peu importe l’âge ou le sexe, tout est possible. Il suffit de ne pas avoir peur de foncer, de travailler fort et de saisir les occasions lorsqu’elles se présentent.

Qu’est-ce que vous ne serez pas dans 10 ans?
Une femme qui accomplit son travail sans passion, dévouement, plaisir et positivisme.

Qui est votre plus grand modèle/mentor?
Ma grande sœur. J’ai toujours voulu faire comme elle. Mon parcours scolaire et professionnel, je lui dois grandement. Cette femme fonceuse, tenace et à la fois sensible sera toujours ma source d’inspiration.  

Quelle est votre devise?
Tout se dit. C’est la façon de le dire qui compte.

En tête-à-tête avec quelqu’un (mort ou vivant), ce serait avec qui?
Sheryl Sandberg pour son leadership et sa vision de la place des femmes dans le monde des affaires.

Quel est le projet qui vous rend morte de jalousie?
J’aurais aimé participer dès le jour 1 au développement de la nouvelle marque mondiale Circle K.

Quelle est votre plus grande déception?
Ne pas avoir pu connaître mes deux grands-pères en raison de leur décès. J’aurais pu grandement apprendre de ces deux hommes fonceurs. J’aurais aimé qu’ils puissent voir où j’en suis aujourd’hui et lire cet article. De mon côté, j'aurais voulu leur dire merci pour la famille qu’ils m’ont donnée.

Je contribue au jour le jour à développer une image de marque forte, aimée et qui parle aux gens.

Comment décrivez-vous votre travail à votre mère?
Je contribue au jour le jour à développer une image de marque forte, aimée et qui parle aux gens. Je collabore avec des gens hypercréatifs et intelligents tant à l’interne qu’à l’externe pour élaborer les meilleures stratégies de marketing afin de faciliter la vie de nos clients. Et non Maman, je ne suis pas celle qui développe les concepts publicitaires et qui les réalise, mais celle qui chapeaute le tout. 

Photo: Félix Renaud  Zetä Production

comments powered by Disqus