La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
30/30 Infopresse: qui sont les leaders de demain?

Julie Carbone: éviter la zone de confort

La directrice adjointe de la stratégie d'OMD Montréal est âgée de 26 ans. 

Julie Carbone a amorcé sa carrière il y a sept ans, au sein de l’agence Cossette. Depuis, sa progression a été stratosphérique. Aujourd’hui, elle gère un des gros portefeuilles médias au Canada, celui de Fido et de Rogers. Elle siège également au conseil d’administration de la Fondation Maison Bleue, aidant les familles vivant en contexte de vulnérabilité.

À ce jour, elle a travaillé pour une dizaine de comptes nationaux, une vingtaine de comptes régionaux et elle a remporté plus de 10 prix de créativité média. Dans la dernière année, elle a chapeauté des projets d’envergure, dont la première vidéo Facebook 360 degrés au Canada et des partenariats nationaux avec Spotify et Vice dans le cadre du repositionnement de la marque Fido.

Dans ses temps libres, Julie Carbonne fait de la boxe, court des demi-marathons et écrit des billets d’opinion à propos du marketing, des médias et de l’égalité des sexes sur le marché du travail.

Je suis reconnaissante envers les gens qui ont cru en mon potentiel.

Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fière?
Je ne peux pointer un moment en particulier. Je suis fière des petites victoires au quotidien qui m’ont menée jusqu’ici. J’ai eu la chance de recevoir d’importantes responsabilités à un jeune âge. Je suis fière d’avoir relevé le défi malgré l’adversité, mais je suis d’abord et avant tout reconnaissante envers les gens qui ont cru en mon potentiel.

Que représente pour vous une mention à ce palmarès?
Je suis honorée d’être en si bonne compagnie. Comme vous le savez peut-être, notre travail n’est pas toujours aussi glamour qu’il en a l’air. Cette mention me fait apprécier tous les petits sacrifices qui ont pavé la voie à ces moments heureux. Je suis touchée et profondément honorée.

Que voulez-vous devenir lorsque vous étiez enfant?
Mon père était producteur de musique. Alors, j’ai toujours rêvé de suivre ses traces. Enfant, j’imaginais être la prochaine Céline Dion ou Selena (mon film préféré à ce moment-là!). À six ans, j’écrivais mes propres chansons, recrutais mes choristes dans la cour d’école, montais des spectacles dans mon garage et faisais de la publicité dans le quartier pour attirer mes voisins. Aujourd’hui, ma scène se limite à une grande salle de conférence. 

J’ai tout de suite été charmée par les multiples facettes du métier.

Qu'est-ce qui vous a décidée à faire ce que vous faites aujourd'hui?
Dès mes premiers jours chez Cossette, j’ai été fascinée par le nombre de personnes et la collaboration requise pour créer et lancer une campagne. Puis, lorsque j’ai commencé à être exposée au monde de la stratégie et des médias, j’ai tout de suite été charmée par les multiples facettes du métier. Celui-ci requiert un amalgame parfait de psychologie, analyse, créativité et sens des affaires.

Quel est le plus grand défi d'un professionnel des communications aujourd'hui?
Avec l’émergence des nouvelles technologies, la diminution des budgets et la concurrence de plus en plus féroce, les besoins de nos clients se transforment et se complexifient constamment. La clé pour réussir en marketing et en média est donc de toujours questionner la pertinence de nos actions, ne jamais tomber dans la complaisance ou dans le copier-coller. On vit dans une ère hyperactive et l'on a l’occasion de changer les manières de penser et de travailler. Parfois, pour bien servir un client, il faut l’amener à se questionner et à prendre des risques calculés afin de se démarquer. C’est ce qui me passionne le plus de mon métier: transcender les silos pour s’élever au rang de conseiller et partenaire d’affaires.

Je CONSTATE qu’avoir du plaisir est une clé insoupçonnée du succès. 

Comment pensez-vous ou souhaitez-vous influencer l'industrie? Changer les choses?

Je constate qu’avoir du plaisir est une clé insoupçonnée du succès. Le monde des affaires est conditionné à être sérieux et stressé. Or, on peut accomplir des choses exceptionnelles en collaborant et en ayant du fun à travailler ensemble. Personnellement, j’essaie d’amener du positif à chaque interaction avec mes collègues, mon équipe et mes clients. C’est ma manière d’influencer positivement le cours des choses.

Qu’est-ce que vous ne serez pas dans 10 ans?
Confortable ou prévisible. Je souhaite toujours rester à l’affût des nouveautés et continuer de prendre des risques. Selon moi, sortir systématiquement de sa zone de confort, c'est la meilleure manière d’évoluer sans arrêt.

Qui est votre plus grand modèle/mentor?
Ces trois femmes ont eu un impact immense sur ma vision de la vie et sur le type de femme et de leader que je veux être: Sheryl Sandberg (vice-présidente des opérations de Facebook et auteure du best-seller Lean in), Malala Yousafzai (plus jeune lauréate du prix Nobel de la paix et activiste luttant pour l’éducation des jeunes femmes depuis ses 14 ans) et Mai Duong (la personne la plus incroyable que je connaisse et dont le caractère et la force ne cesseront jamais de m’inspirer).  

Quelle est votre devise?
J’en ai deux. La première: «Be the type of person you want to meet». La seconde est plutôt un cri de ralliement et de motivation lorsque nous sommes dans le gros jus: «You can do it, put your back into it», inspirée de mon bon ami Ice Cube.

En tête-à-tête avec quelqu’un (mort ou vivant), ce serait avec qui?
Mort: Mahatma Gandhi. Parce que le monde d’aujourd’hui aurait grandement besoin de plus de personnes comme lui.

Vivante: la chanteuse Beyoncé. Je suis une grande admiratrice de son éthique de travail, sa perpétuelle quête de l’excellence, sa créativité et son flair marketing.

Quel est le projet qui vous rend morte de jalousie?
Trois projets dans l’ordre: les conférences Ted, le magazine Darling et l’application Red Light de Vodafone, primée aux Lions de Cannes.

Quelle est votre plus grande déception?
Qu’encore trop de gens dans le monde des affaires mettent leurs intérêts personnels devant ceux des consommateurs.

Comment décrivez-vous votre travail à votre mère?
J’étudie le comportement des consommateurs, je gère le budget publicitaire de grosses marques et je cherche à le maximiser pour les aider à atteindre leurs objectifs d’affaires.

Photo: Félix Renaud  Zetä Production

comments powered by Disqus