La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
30/30 Infopresse: qui sont les leaders de demain?

Jacob Guité-St-Pierre: le plaisir de la stratégie

Le directeur, stratégie, de DentsuBos est âgé de 30 ans. 

Jacob Guité-St-Pierre est un véritable homme-orchestre du marketing, avec un parcours unique en technologie, en marketing numérique et en publicité traditionnelle. Son expertise dans ces divers champs fait de lui un atout, peu importe les défis présentés par ses clients.

Aujourd’hui, il est directeur de la stratégie de DentsuBos, où il dirige également l’unité numérique et veille aux connaissances et à l’expertise numériques de l’agence. Précédemment à la tête de sa propre agence établie au cœur de New York, c'est un leader naturel animé d’une passion pour l’entrepreneuriat.

Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fier?
Assurément l’entreprise que j’ai fondée en début de carrière. Me retrouver à la tête d’une petite société en démarrage à 21 ans, à New York, m’a permis de sortir de ma zone de confort, d’apprendre plus que dans n’importe quel autre poste et d’acquérir une expérience remarquable que je n’aurais sans doute jamais vécue autrement. Des années plus tard, cette expérience me sert encore dans tout ce que je fais.

Que représente pour vous une mention à ce palmarès?
Ayant célébré mes 30 ans en juillet dernier, je prends cette mention comme une confirmation d’être sur la bonne voie et d’avoir fait de bons choix dans ma vingtaine.

 lorsque j’étais jeune, j'ignorais que le web et la publicité étaient une carrière.

Que vouliez-vous devenir lorsque vous étiez enfant?
C’est drôle, mais lorsque j’étais jeune, j'ignorais que le web et la publicité étaient une carrière. Je pense que les orienteurs en carrière de mon école secondaire ne le savaient pas non plus. Dans ma tête, internet était un passe-temps. Alors, je songeais plutôt à devenir enseignant, idéalement pour enseigner le web.

Qu’est-ce qui vous a décidé à faire ce que vous faites aujourd’hui?
La chance et un concours de circonstances! Je n’ai jamais vraiment eu de plan pour ma carrière. On dirait que les choses sont arrivées d’elles-mêmes et que j’ai instinctivement su en tirer le meilleur. J’ai eu la chance de rencontrer et de m’entourer de gens extraordinaires qui m’ont amené où je suis aujourd’hui.

Quel est le plus grand défi d’un professionnel des communications aujourd’hui?
Se tenir informé, rester à jour et en avant de la courbe. Les choses changent si vite aujourd’hui. Une journée, l'on peut être expert dans un domaine et, en quelques mois, le marché et les technologies peuvent complètement changer.

J’aimerais bien m’engager auprès de la relève.

Comment pensez-vous ou souhaitez-vous influencer l'industrie? Changer les choses? L'éducation et la formation. J’ai eu la chance d’enseigner brièvement le web au cégep et j’ai adoré l’expérience. Qu’il s’agisse de donner des cours du soir, de la formation privée ou simplement du coaching, j’aimerais bien m’engager auprès de la relève.

Qu’est-ce que vous ne serez pas dans 10 ans?
Le gars un peu dépassé qui a manqué le virage. Je fais énormément d’efforts afin de me garder à jour dans mon métier, surveiller les dernières tendances, conserver mes acquis technologiques et réaliser des petits projets par curiosité personnelle pour devenir meilleur. Selon moi, c’est le plus grand défi des professionnels d’aujourd’hui.

Qui est votre plus grand modèle/mentor?
Je ne pourrais pas nommer un seul mentor. Comme les choses changent si vite, je crois qu’il est essentiel de s’inspirer de plusieurs personnes. En début de carrière, j’ai beaucoup été inspiré par Matt Mullenweg, fondateur de WordPress, pour sa vision, son approche humaine et son entrepreneuriat, ainsi que Mark Zuckerberg pour son entrepreneuriat, mais aussi sa philanthropie.

Les projets les plus agréables donnent souvent les meilleurs résultats.

Quelle est votre devise?
Il y a quelques années j’aurais probablement répondu avec une citation inspirante, mais aujourd’hui je dirais «Have fun!». Au final, nous sommes tous des humains devant collaborer et travailler ensemble. Avoir du plaisir est essentiel, et les projets les plus agréables donnent souvent les meilleurs résultats.

En tête-à-tête avec quelqu’un (mort ou vivant), ce serait avec qui?
Est-ce que je peux répondre ma copine?

Quel est le projet qui vous rend mort de jalousie?
Cet été, j’ai eu la chance d’aller au Festival international de la créativité de Cannes, et je dois avouer que de voir autant de projets de haut niveau, bien que cela soit inspirant, ça rend aussi un peu jaloux. Je me souviens particulièrement des campagnes FU2016 pour House of Cards par BBH New York ainsi que la fameuse initiative du McWhopper de Y&R Nouvelle-Zélande.

Quelle est votre plus grande déception?
En toute honnêteté, je n’ai pas eu beaucoup de regrets et de déceptions dans ma carrière. J’aurais donc plutôt tendance à dire la dernière saison du Canadien de Montréal.

Comment décrivez-vous votre travail à votre mère?
Maman, pour la millième fois, je ne répare pas des ordinateurs et des imprimantes…

Photo: Félix Renaud  Zetä Production

comments powered by Disqus