La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Publicité: la vraie star du Super Bowl

L’incontournable Super Bowl: quelques chiffres

La 50e édition du Super Bowl aura lieu le 7 février prochain. Dave Gourde, de Bleublancrouge, se penche sur le phénomène de surenchères publicitaires qu’est devenu le rendez-vous sportif annuel.

Quelques chiffres
CBS est le diffuseur officiel du Super Bowl cette année aux États-Unis. Leslie Moonves, présidente du réseau américain, a révélé qu'un espace publicitaire de 30 secondes se vendait cinq millions$US.

Le prix d’une publicité de 30 secondes durant le Super Bowl a augmenté de 75% DE 2005 À 2014.

C’est 500 000$US de plus qu’en 2015, alors que NBC diffusait l’événement. Selon le quotidien Wall Street Journal, le prix d’une publicité de 30 secondes durant le Super Bowl a augmenté de 75% de 2005 à 2014. Au cours de cette période, les revenus publicitaires de la finale du football américain ont totalisé 2,19 milliards$US.

Un incontournable
Si les annonceurs sont prêts à payer un tel montant pour 30 secondes, c’est pour accéder à l’énorme auditoire qui se rassemble devant le téléviseur pendant quelques heures.

dave gourde

bleublancrouge

«Le Super Bowl, c’est comme les files d’attente à la frontière pendant les deux semaines des vacances de la construction, explique Dave Gourde, associé et vice-président médias de Bleublancrouge. C’est comme la première tempête de neige de l’hiver ou la première vague de chaleur en été. On n’y échappe pas même si ça ne nous intéresse pas. C’est la raison pour laquelle les diffuseurs sont prêts à faire des pieds et des mains pour mettre la main sur la propriété du Super Bowl. Un large public captif provenant de tous les horizons peut être atteint en 30 secondes. Même les Y, dont on vante tant les prouesses d’évitement publicitaire, n’y échappent pas. C’est le seul événement qui peut vous garantir un maintien de visibilité pendant les pauses. Mais tout ça à condition d’accéder aux publicités américaines.»

En 2015, plus de 114 millions d’Américains ont regardé en entier ou en partie le match entre les Seahawks de Seattle et les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Cela en a fait l’événement en direct le plus regardé de l’histoire de la télévision américaine. Et ce chiffre ne compte pas les personnes qui l’ont regardé en groupe ou dans un lieu public.

Les publicités américaines présentées au Canada
Depuis plusieurs années, le CRTC recevait de nombreuses plaintes relatives aux substitutions simultanées lors de la diffusion du Super Bowl. Il s'agit de la pratique selon laquelle les publicités américaines sont remplacées par des canadiennes lors d’un événement en direct. Les Canadiens voulaient regarder les pubs américaines, mais ils déploraient aussi que cette pratique mal synchronisée leur faisait manquer des séquences importantes de la partie.

«la décision du CRTC fera des victimes en dommages collatéraux. les auditoires, les revenus et certains emplois seront affectés.»

Le CRTC a remédié à cette situation par une décision découlant de son étude Parlons télé: une conversation avec les Canadiens. À partir de 2017, les chaînes américaines diffusant au Canada (Fox, par exemple) ne pourront plus faire de substitution simultanée, explique Patricia Valladao, porte-parole du CRTC. En ce qui concerne les chaînes canadiennes, elles auront désormais le choix entre diffuser les publicités américaines ou canadiennes. Quant aux chaînes francophones, si le CRTC leur laisse le choix, elles devront s’assurer de ne contrevenir à aucun règlement linguistique provincial si elles désirent diffuser les publicités américaines, soutient Patricia Valladao.

Selon Dave Gourde, si c’est une bonne nouvelle pour les auditeurs, l’idée est moins intéressante pour l’industrie des communications et du marketing. «En tant que téléspectateur, je comprends parfaitement la volonté du CRTC de favoriser le divertissement au détriment de l’industrie. De l’autre côté, je saisis mal une décision pénalisant une industrie canadienne qui travaille souvent avec des budgets 10 fois moindres qu'aux États-Unis. Surtout que les publicités sont dorénavant facilement accessibles sur YouTube/Adblitz le jour même. La décision du CRTC fera des victimes en dommages collatéraux. Les auditoires, les revenus et certains emplois seront affectés.»

Enfin, la pratique des publicités exclusives pour le Super Bowl est presque inexistante au Québec, où «l’auditoire du Super Bowl peut se comparer en nombre à une partie des Canadiens de Montréal en saison, selon de l’allure du match, bien sûr», explique Dave Gourde.

comments powered by Disqus