La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
30/30: Que sont-ils devenus?

Louise Descarie: dénicheuse

En 1998, Louise Descarie avait 34 ans et était présidente de La Tête Chercheuse.

Si vous croisez Louise Descarie en pleine conversation dans la rue ou dans un bureau, vous conclurez illico que son interlocuteur cherche un emploi ou un nouvel employé! La dame a fondé l’an dernier La Tête Chercheuse, une maison de placement pour le milieu des communications (pub, relations publiques, placement média). Sa banque de données compte 2000 noms. «Les agences n’ont pas le temps de se consacrer à fond pour trouver l’employé idéal», dit-elle.

Avant de se vouer au métier de chercheuse, Louise Descarie a œuvré 10 ans en agence, où elle a créé le programme de formation des employés Phénix pour Cossette et la filiale de production d’émissions publicitaires Touch de Publicis-BCP.

louise descarie

2015

Elle aime comparer le milieu des communications à la Ligue nationale de hockey. Son rêve serait de rendre possible le repêchage en agence. «Je réunirais une trentaine de directeurs de création qui feraient leurs sélections, dit-elle. Les agences moins performantes obtiendraient les premiers choix!» À d’autres moments, l'on pourrait voir des échanges (deux cutifs contre un concepteur-rédacteur!), selon les besoins des agences «négociatrices».

En juin, Louise Descarie greffait la division Pigistes voyageurs à La Tête Chercheuse. Ce service permet de combler les besoins urgents. «Faire affaire avec Pigistes voyageurs, c’est comme appeler un taxi!», dit-elle.

Isabelle Massé

*Aujourd'hui, Louise Descarie est toujours présidente et fondatrice de La Tête Chercheuse.

comments powered by Disqus