La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
La ville intelligente en cinq entreprises émergentes

Dasbox: données au cube

Pour le fondateur de Dasbox, Patrik Chartrand, la ville intelligente doit aider ses citoyens. En ne prenant pas des décisions instinctives, mais en fonction des données qui permettront de cibler très précisément les besoins.

Dasbox propose une collection de senseurs industriels reconfigurables, offerts à faible coût et faciles à intégrer dans des applications internet. 

Qu’est-ce que Dasbox?
Dasbox est une petite boîte dotée de 17 sortes de senseurs qui captent des données envoyées sur le réseau 4G. Les capteurs qu’elle contient permettent d'analyser des données sur quatre aspects principaux: environnement (température, humidité, pression barométrique), espace physique (degré de luminosité, de bruit, mouvement), air (méthane, poussière, fumée, hydrogène, etc.) et mouvement (choc, vibration, déplacement, géolocalisation). Les données accumulées peuvent ensuite être envoyées à des applications qui les convertiront et les analyseront selon les besoins de l'utilisateur. 

Une utilisation personnalisable
Selon le modèle actuel, cinq applications génériques seront données à titre d’exemple lors de l’acquisition d’une ou de plusieurs Dasbox. Mais la force de cette invention est l’infinité des applications pouvant être développées à partir des données récoltées. Et c’est là un des aspects originaux du modèle, car l'équipe désire, à terme, établir une communauté de partage des données et des algorithmes.

«Nous voulons, à l'aide des données brutes fournies, bâtir une collectivité, un écosystème. Nous aimerions devenir le réseau social des données», explique Patrik Chartrand. Une telle vision devrait, selon le fondateur, permettre aux citoyens de mieux comprendre quoi collecter et comment l'utiliser à bon escient: «À l’ère du big data, il faut expliquer aux gens ce à quoi ça sert et comment le partage peut enrichir tout un chacun. C'est la raison pour laquelle sur notre app store, tout sera en open source.» 

De l’individu à la collectivité, en passant par l’entreprise
En plus des utilisations évidentes pour les ménages (surveillance, analyse de l’air, etc.), l’entreprise a déjà pu constater que son invention attire l’attention du domaine agroalimentaire et des spécialistes du marketing. Mais comme l’explique Patrik Chartrand, les boîtes ne sont pas réservées à l'emploi individuel: «Notre invention peut, par exemple, servir à analyser la pollution, gérer l'achalandage dans les transports en commun, surveiller les taux de gaz dans les tuyaux, etc. En donnant à la ville suffisamment de données pour prendre de bonnes décisions, elle sera meilleure.»

L’équipe, qui comprend trois cofondateurs et deux employés offrira, bientôt les boîtes Dasbox selon une formule de location par mois ou à long terme.

comments powered by Disqus