La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
30/30 Infopresse: qui sont les leaders de demain?

Jean-Philippe Shoiry: allier affaires et création

Le directeur, création et stratégie, et associé de Republik est âgé de 29 ans.

Jean-Philippe Shoiry détient un baccalauréat en droit et une maîtrise en fiscalité avec spécialisation en économie durable. Il siège au sein du conseil d'administration de Pour3Points, est membre du comité exécutif de Let’s Bond et de la Table d’action en entrepreneuriat de Montréal, est codirecteur de programme de la Jeune Chambre de commerce du Montréal métropolitain et ambassadeur B-Corp au Canada.

Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fier?
La rédaction de mon mémoire de maîtrise en fiscalité sur les nouveaux modèles d’affaires permettant un rendement financier/social/environnemental. Cela m’a aidé à comprendre l’importance d’une raison d’être en affaires. Au-delà de générer des profits pour les actionnaires, il est essentiel de considérer le rendement des opérations pour l’ensemble des parties prenantes, comme les employés, les fournisseurs ou la communauté. Dans la même lignée, je suis très fier d’être passé à l’action sur cette recherche en obtenant la certification B-Corp pour Republik, faisant de nous la seule agence certifiée au Québec.

Que représente pour vous une mention à ce palmarès?
C’est une belle reconnaissance du travail accompli depuis que mon partenaire Vincent Fortin et moi avons repris l’agence en 2013. Ça démontre qu’on est en montée!

Que vouliez-vous devenir lorsque vous étiez enfant?
Mon objectif était de jouer au football professionnel. J’y ai investi beaucoup de temps et d’énergie, mais après quelques essais infructueux dans la Ligue canadienne de football, j’ai dû prendre ma retraite. On bâtit quelque chose de nouveau maintenant.

Un jour, j’ai CONSTATÉ que c’était par la communication que passait le pouvoir de changer les choses.

Qu'est-ce qui vous a décidé à faire ce que vous faites aujourd'hui?
Un jour, j’ai constaté que c’était par la communication que passait le pouvoir de changer les choses. Pour qu’elle puisse prendre vie, une idée très puissante doit être bien communiquée. J’ai aussi toujours été un passionné et intrigué par les arts, et évoluer dans les industries créatives me permet de joindre arts et affaires au quotidien.

Quel est le plus grand défi d'un professionnel des communications aujourd'hui?
Beaucoup de choses changent dans l’industrie, mais l’objectif reste de livrer de la grande création qui génère des résultats d’affaires mesurables pour son client. De notre côté, l'on prend le pari qu’avec de la vraie stratégie d’affaires et en adoptant une approche collaborative, on va atteindre nos objectifs et, surtout, ceux de nos clients.

J’espère que notre ambition et nos réalisations en inspireront d’autres à s’investir dans leurs passions et à tracer leur propre chemin.

Comment pensez-vous ou souhaitez-vous influencer l'industrie? Changer les choses?
Nous sommes une nouvelle génération d’acteurs de changement. J’espère que notre ambition et nos réalisations en inspireront d’autres à s’investir dans leurs passions et à tracer leur propre chemin.

Qu’est-ce que vous ne serez pas dans 10 ans?
10 ans, c’est loin! S’il y a une certitude, c’est que je ne serai pas complaisant.

Qui est votre plus grand modèle ou mentor?
Ce doit être mon père. Au cours de sa carrière, il a su bâtir à la fois une entreprise solide et une famille unie. J’espère pouvoir regarder en arrière dans 30 ans et avoir accompli ces deux choses.

Quelle est votre devise?
Sois positif! Dans la vie, s’il y a une chose qu’on contrôle, c’est l’attitude qu’on adopte face à une situation.

En tête-à-tête avec quelqu’un (mort ou vivant), ce serait avec qui?
Le footballeur Tom Brady. Son leadership, son focus et sa drive sont inégalables. J’aimerais prendre quelques éléments dans son livre de jeux.

Unir des individus de différentes industries par la force d’une idée, c’est magique.

Quel projet vous rend mort de jalousie?
Je ne suis pas quelqu’un de jaloux. J’admire beaucoup le travail de l’équipe derrière C2MTL. Unir des individus de différentes industries par la force d’une idée, c’est magique. Ils créent tout un mouvement et c’est hot en maudit que ce soit né ici, au Québec.

Quelle est votre plus grande déception?
Ma plus grande déception sera probablement toujours mon dernier jeu en carrière au football universitaire, en finale québécoise contre l'équipe de l'Université Laval. Ceux qui savent de quoi je parle savent de quoi je parle.

Comment décrivez-vous votre travail à votre mère?
Je bâtis une entreprise qui a pour mission d’aider ses clients à générer un rendement durable et mesurable de ses investissements en marketing en lui proposant des solutions de communications créatives qui reposent sur la force d’un contenu de marque authentique et le pouvoir des médias sociaux.

comments powered by Disqus