La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
30/30 Infopresse: qui sont les leaders de demain?

Guillaume Mathieu: passionné de pub

Le directeur principal, service-conseil et stratégie, de K-­72 est âgé de 30 ans.

Guillaume Mathieu supervise les activités de K-72 depuis le lancement de l'agence ce printemps. Il a bâti son expérience ces dernières années, principalement en agence. Son leadership a été mis à contribution pour plusieurs marques d'envergure nationale et régionale. Avant de se joindre à Vision7 International l'automne dernier pour créer K-72, il était chef de marque d'Agropur Division Natrel. Avant, il a longtemps oeuvré pour Cossette, tant à Montréal qu'à Québec. Guillaume Mathieu est coach bénévole en communications-marketing de la Fondation Montréal inc. Il détient un baccalauréat en marketing de l'Université Drexel à Philadelphie. Il est également le fier papa de deux petites filles. 

Quand on vous donne l'occasion d'être au coeur de la création et des opérations d'une nouvelle agence, c'est un signe que vous avez fait votre place dans l'industrie.

Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fier?
Me voir confier les rênes de K-72, nouvelle agence du réseau Vision7 International. Quand on vous donne l'occasion d'être au coeur de la création, du lancement et des opérations d'une nouvelle agence de communications-marketing, c'est un signe que vous avez fait votre place dans l'industrie et que les gens qui vous ont vu grandir professionnellement vous font confiance. 

Que représente pour vous une mention à ce palmarès?
Tout le monde va savoir que j'ai moins de 30 ans! Blague à part, cette reconnaissance me fait prendre conscience du chemin parcouru depuis le début de ma carrière et me donne une tape dans le dos pour la suite des choses. On ne pratique pas notre métier dans le but d'apparaître dans ce genre de palmarès, mais si ça arrive, ça fait un petit velours! J'ai eu la chance et le privilège d'être entouré de personnes talentueuses qui m'ont inspiré. Je partage donc aussi cette reconnaissance avec mon équipe et la grande famille de Cossette, où j'ai fait mes débuts. 

Que vouliez-vous devenir lorsque vous étiez enfant? 
Faire de la pub, tout simplement. 

La publicité, c'est créatif, business, mais aussi utile. 

Qu'est-­ce qui vous a décidé à faire ce que vous faites aujourd'hui?
L'envie d'exploiter tant mon côté artistique que celui d'affaires. Avoir la chance de voir évoluer les marques et de faire une différence réelle dans les habitudes de consommation des gens. La publicité, c'est créatif, business, mais aussi utile. 

Quel est le plus grand défi d'un professionnel des communications aujourd'hui?
Réussir à prévoir les tendances et les courants. «Être à ce jour» est un concept de plus en plus éphémère. J'ajouterais qu'il faut une vision globale de la marque et être agile pour faire face à toutes sortes de situations. C'est un métier passionnant qui nécessite une grande curiosité intellectuelle et beaucoup de passion. 

Comment pensez-vous ou souhaitez-vous influencer l'industrie? Changer les choses?
K-72 apporte un vent de fraîcheur dans l'industrie et, en même temps, repose sur la solidité et l'expérience du réseau Vision7 International. J'espère bâtir une équipe forte et faire de mes clients des partenaires d'affaires afin que nous puissions collaborer ensemble à réaliser de grands projets. 

Les 10 dernières années m'ont confirmé que le défi m'attire bien plus que le confort. 

Qu'est-ce que vous ne serez pas dans 10 ans?
Je ne serai pas en train de faire une énième fois la même chose. Les 10 dernières années m'ont confirmé que le défi m'attire bien plus que le confort. Je ne pense pas que ça change. 

Qui est votre plus grand modèle ou mentor?
Mon père.

En tête-à-tête avec quelqu'un (mort ou vivant), ce serait avec qui?
Ma fiancée. 

Quel projet vous rend mort de jalousie?
Le jour où les Nordiques de Québec seront de retour, ça va me prendre par les sentiments! Travailler pour ce mandat en communications-marketing me permettrait de réaliser un rêve d'enfance.

Quelle est votre plus grande déception?
Au risque de faire dans le cliché, j'aime penser que nos moins bons coups se transforment en leçons pour l'avenir et en futures occasions. Je ne suis pas du genre à ruminer une déception.

Comment décrivez-vous votre travail à votre mère?
Ce que tu tentes d'éviter à la télé, dans ta boîte aux lettres et sur internet... eh bien, moi, je tente de te le rendre pertinent et intéressant pour que tu y portes attention et que tu considères le message. Tout ça en gérant des ressources, des clients et des fournisseurs!

comments powered by Disqus