La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
30/30 Infopresse: qui sont les leaders de demain?

Caroline Grutman: la production dans l'âme

La chef de production de Tuxedo est âgée de 28 ans.

Ayant amorcé sa carrière chez Tuxedo comme conseillère, Caroline Grutman a pu se tailler une place de choix au sein de l’agence en démontrant un intérêt marqué pour la production. Mêlé à un talent inné pour ce domaine et à une forte créativité, il lui a valu une ascension fulgurante.

Au fil des ans, Caroline Grutman a chapeauté des tournages et séances photographiques d’envergure pour des marques internationales et locales comme Redken, L’Oréal, Vichy, Elizabeth Arden et l'Aubainerie. Elle est devenue en mars dernier chef de production. Dirigeant une équipe de coordination, de réalisation et de postproduction, elle apporte un regard critique clé sur tous les projets sous son aile. Elle contribue au rayonnement de Tuxedo et à sa croissance soutenue depuis cinq ans. 

Quelle est la réalisation dont vous êtes la plus fière?
La plus récente campagne de Vichy pour les États-Unis. Ce fut mon premier projet en tant que productrice «officielle». Honnêtement, je n’aurais pas imaginé mieux! De A à Z, il s’est déroulé en gardant en tête la collaboration entre les équipes et services. Au final, nous avons plus que dépassé nos objectifs et ceux du client, le tout en ayant du gros plaisir! 

Que représente pour vous une mention à ce palmarès?
La cerise sur le sundae à une année en or! J’ai eu la chance et j’ai encore la chance de participer à des projets parfois plus grands que nature, et je m’en compte très privilégiée. Cette mention ajoute une bonne dose de motivation à tout le reste!

Que vouliez-vous devenir lorsque vous étiez enfant?
Océanographe. C’est la faute au film Zeus et Roxanne

Quand j’étais adolescente, un cousin et moi passions nos week-ends à réaliser des séances de photos et de faux vidéoclips. 

Qu'est-ce qui vous a décidée à faire ce que vous faites aujourd'hui?​ 
Quand j’étais adolescente, un cousin et moi passions nos week-ends à réaliser des séances de photos et de faux vidéoclips. On vidait des cafetières de café et l'on ne dormait pas de la nuit en pensant à comment l'on pouvait perfectionner notre décor, nos costumes ou notre éclairage. Je suis pas mal certaine que cela a eu un impact!

Quel est le plus grand défi d'un professionnel des communications aujourd’hui?
Sans cesse se renouveler pour connecter avec le consommateur, idéalement avec un petit budget!

Comment pensez-vous ou souhaitez-vous influencer l'industrie? Changer les choses? 
En respectant un certain guide des meilleures pratiques. Le marché de la pub au Québec regorge d’excellents joueurs, et bien que dans les faits, les agences sont en concurrence, en bout de piste nous faisons tous partie de la même grande famille. On doit se tenir ensemble concernant certains processus. Nous en serons tous reconnaissants dans 10 ans! 

Qu’est-ce que vous ne serez pas dans 10 ans?
Probablement une femme au foyer. Je pense qu’après trois semaines, je voudrais retourner travailler. 

J’ai la chance d’être tombée dans une famille où la production a toujours régné. 

Qui est votre plus grand modèle ou mentor?
J’ai la chance d’être tombée dans une famille où la production a toujours régné. Ma tante est en effet un vrai cheval de guerre de production et elle représente une grande source d’inspiration à mes yeux. 

Quelle est votre devise?
Je crois que dans la vie, lorsqu’on met tout notre coeur et notre passion dans quelque chose, ça ne peut que bien se dérouler. Du moins, dans le cas contraire, on aura fait de notre mieux! 

En tête-à-tête avec quelqu’un (mort ou vivant), ce serait avec qui?
Mon feu grand-père paternel. Il était un homme extrêmement intelligent avec un bagage de vie tout simplement impressionnant. Il a vécu la Deuxième Guerre mondiale et a traversé l’Atlantique en bateau à partir de la Belgique pour s’installer avec sa famille au Québec. Il avait le don de raconter des histoires. Aujourd’hui, je crois que j’aurais davantage la capacité de les apprécier.

Quel projet vous rend morte de jalousie?
Les campagnes combinant deux de mes grandes passions: la production et les voyages. Je rêve de participer un jour à ce genre de projet!

Quelle est votre plus grande déception?
Ne pas avoir assez écouté dans mes cours d’histoire au secondaire et devoir maintenant googler la différence entre un Iroquois et un Algonquin.  

Comment décrivez-vous votre travail à votre mère?
Je préfère montrer le résultat final et expliquer comment nous avons créé les décors, effectué le casting, monté les équipes. Comme on le dit, une image vaut mille mots!

comments powered by Disqus