La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Grands Prix de la commandite 2015

Pascale Chassé: «La commandite est bien vivante»

Elle a présidé le jury de la première édition du concours des Grands prix de la commandite et était responsable d'en définir les orientations; Infopresse s'entretient avec Pascale Chassé, directrice des communications du Musée des beaux-arts de Montréal

Comment avez-vous orienté les délibérations du jury?
Le grand objectif de cette première édition était de célébrer la commandite créée et développée au Québec. J’ai donc demandé aux membres du jury d’avoir un regard positif et d’apporter une attention particulière à l’histoire des cas présentés (storytelling), à l’innovation et à la qualité de l’exécution des activations.

La composition du jury était parfaite, car il comprenait des gens de talent avec des expertises différentes et complémentaires. Cela nous a donné des discussions riches, même si nous n’étions pas toujours d’accord. Je suis très contente de ces échanges. En bout de piste, chacun a exercé une certaine influence sur tout le groupe. Cela m’a fait plaisir. J’adore le travail d’équipe. Je remercie d’ailleurs chaque membre de ce super jury.

«Aujourd’hui, tout se commandite, il faut démontrer la puissance de la discipline dans tous les secteurs».

Que dit la première édition de ce concours sur l’industrie? 
La commandite est bien vivante. Nous avons reçu plus de 65 cas provenant de nombreuses marques de diverses industries. On a remarqué une présence plus importante des institutions financières et des entreprises de télécommunications. Les cas gagnants ont en commun la pertinence stratégique, l’innovation et une bonne histoire.

Qu’auriez-vous aimé voir davantage?
Bien que nous ayons reçu plus de 65 cas, il y avait de nombreux absents. On a reçu plusieurs cas en événements culturels et sportifs, mais moins dans les autres catégories, notamment les événements caritatifs, les commandites d’individus ou de groupe et celles d’organisations culturelles. J’aurais souhaité plus de diversité. Aujourd’hui, tout se commandite, il faut démontrer la puissance de la discipline dans tous les secteurs.

J’espère que cette première édition encouragera les marques à présenter plus de cas l’an prochain.

«Les idées les plus simples sont souvent les meilleures.»

Avez-vous été étonnée d’une façon ou d’une autre par la cuvée 2015?
Les idées les plus simples sont souvent les meilleures. Une bonne activation se résume par une bonne histoire et une exécution parfaite qui rehaussent l’expérience du consommateur. Nous avons récompensé les cas qui avaient intégré intelligemment ces facteurs de succès.

Avez-vous eu quelques surprises?
Des belles surprises, car nous avons découvert des idées innovantes et originales. Des activations qui sortent des paramètres conventionnels. Je suis ravie de constater que la commandite se porte bien et que les activations sont maintenant beaucoup plus créatives. Enfin, les marques constatent qu’on n’accomplit rien avec une présence qui se limite à des logos.

En quoi le numérique contribue-t-il à redéfinir la commandite?
Le numérique et les plateformes sociales offrent assurément à la commandite des occasions d’innovation à saisir. D’ailleurs, plusieurs cas récompensés comportent un aspect numérique ou social. Cela démontre très bien que le numérique permet aujourd’hui des activations plus performantes.

En terminant, que souhaitez-vous pour la prochaine édition du concours?
Que cette première édition inspire les marques et que la commandite prenne une plus grande place dans le mix communicationnel.

«Au-delà des festivals, les commanditaires devraient être plus nombreux à s’associer à la musique, au théâtre, au cinéma, à la danse, aux arts du cirque et aux musées.»

Il y a une vivacité culturelle exceptionnelle au Québec, nous avons la chance d’avoir chez nous des organisations culturelles avec une réputation et un rayonnement à l’échelle mondiale. Au-delà des festivals, les commanditaires devraient être plus nombreux à s’associer à la musique, au théâtre, au cinéma, à la danse, aux arts du cirque et aux musées.

Je souhaite donc voir l’an prochain une plus grande diversité autant dans les événements festifs, les organisations culturelles, les grandes causes et le sport

Les sept autres membres du jury

Pascale Chassé s'est entendue avec neuf experts pour déterminer les différents prix du concours 2015: 

* Alain Cousineau, président et directeur général du Festival Juste pour rire
* Chantal Gilbert, directrice, créativité média et projets spéciaux, de Carat
* Claudine Labelle, fondatrice et présidente de FillActive
* Flavie Desgagné, conseillère de Cossette 
* Josée Leduc, chef de service, commandite commerciales et marketing événementiel, d'Air Canada
* Marc Fortin, vice-président, création, de Lg2
* Simon Cazelais, associé et vice-président, développement stratégique, de Bleublancrouge

alain cousineau, chantal gilbert et claudine labelle

flavie desgagné, josée leduc, marc fortin et simon cazelais

 

comments powered by Disqus