La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Strat 2015: le meilleur de la stratégie au Québec

Florence Girod: «Être stratégique, c’est rassembler des équipes autour d’une vision»

Florence Girod, vice-présidente, planification stratégique, de Cossette, présidait le jury du concours Strat 2015. Retour sur les faits saillants de cette neuvième édition.

Qu’est-ce qui a marqué cette édition?
Il y a eu plus de cas. Plus de bons cas. Plus de variétés dans les cas. Plus d’industries représentées et plus d’agences.

Comment avez-vous orienté les délibérations du jury?
Je n’ai pas eu besoin de les orienter. C’était un jury très expérimenté, capable d’émettre des opinions fortes tout en démontrant du respect pour les autres. Cela a généré des discussions ouvertes et efficaces à la fois.

Je voulais qu’on reconnaisse les stratégies modernes, qui témoignent de l’évolution de notre industrie et de ses défis.

Avez-vous eu quelques surprises?
J’ai regretté qu’il y ait beaucoup de grands annonceurs absents; j'aurais voulu voir plus de détaillants, car même si ce secteur connaît des difficultés, certains joueurs innovent, prennent des risques et remportent du succès.

J'aurais aussi aimé plus d'entreprises émergentes et en démarrage parmi les cas soumis.

Que dit cette cuvée 2015 sur l’industrie et sur la place de la profession de stratège dans celle-ci?
La communication, le marketing, c’est de plus en plus compliqué, mais c’est de plus en plus fascinant. Dans un contexte où il y a plus de données et de possibilités, et où l’on peut perdre l’objectif et la vue d'ensemble, la stratégie occupe naturellement plus de place. Être stratégique, c’est prendre du recul pour mieux comprendre, puis faire des choix. Être stratégique, c’est aussi savoir rassembler de grosses équipes autour d’une vision.

florence girod

cossette

Oui, le boulot d’un stratège reste le même: diagnostic/résolution de problèmes/mise en place d’actions cohérentes. Mais son champ d’action prend une plus grande amplitude. Les profils de stratège se multiplient: certains sont très business, d’autres plus créatifs, mais ils doivent tous être capables de donner des orientations de haut niveau et d’élaborer des systèmes tactiques. Il y a aussi le besoin d’aller plus en profondeur et d’avoir des stratèges dans des disciplines du marketing qui apportent une expertise plus pointue.

Le point commun entre les stratèges? Leur capacité de traiter des données. Et de faire preuve d’empathie en se plaçant du point de vue de l’humain. Ce qui me frappe, c’est que malgré la volonté des entreprises de se rapprocher de leurs consommateurs, ils ne sont pas si souvent au cœur des préoccupations. Souvent, la pression économique, la concurrence et les projets du quotidien détournent l’attention des équipes du marketing.

Avant les délibérations, vous aviez émis le souhait de voir plus de cas soumis par des entreprises numériques... Y en a-t-il effectivement eu davantage? 
Oui, il y en a eu davantage, mais pas autant qu'espéré.

En quoi le numérique contribue-t-il à redéfinir les stratégies de communications-marketing?

Être stratégique, c’est aussi savoir rassembler de grosses équipes autour d’une vision.

Le numérique transforme et influence la stratégie sur plusieurs aspects. D’abord, il a accéléré la culture des résultats, la mesurabilité de l’efficacité et de l’engagement qu’une marque est capable ou non, de développer avec le public.

Ensuite, dans la perspective de renforcer le lien entre une marque ou un produit avec les consommateurs, étudier leurs interactions avec les plateformes numériques procure une compréhension profonde et détaillée des comportements dans une vision dynamique.

Mais surtout, les stratégies numériques sont aujourd’hui intimement liées aux modèles d’affaires et aux stratégies globales des entreprises, bien au-delà de la communication et du marketing.

En terminant, que souhaitez-vous pour la prochaine édition du concours?
Qu'il continue de gagner en importance. Et que s’y démarquer devienne un objectif pour notre industrie. 

Cette année, le Grand Prix Strat a été attribué à Croque-livre de la Fondation Lucie et André Chagnon. Découvrez-en tous les détails ici.

Les autres membres du jury
Le jury était constitué de 11 autres personnes qui ont participé aux délibérations: 

* Grégoire Baret, directeur général, expérience omnicanal, du Groupe Aldo
* Benoît Bessette, vice-président, marketing et communication, de Camso
* Cristiane Bourbonnais, présidente de Cohésion stratégies
* Lyne Chayer, vice-présidente, marketing, expérience-client, stratégies et commercialisation, des Rôtisseries St-Hubert
* Pénélope Fournier, associée et directrice stratégie et design, de Lg2boutique
* Elana Gorbatyuk, directrice stratégique de Sid Lee
* Gaëtan Namouric, président de Perrier Jablonsky

 

comments powered by Disqus