La référence des professionnels
des communications et du design
Dossier
Enjeux dirigeants 2015: les médias

Charles Benoît: investir massivement dans les nouvelles plateformes

«Il y aura une escalade dans la guerre au contenu, qui coûtera de plus en plus cher», estime le président, télévision et radio, Québec, de Bell Média.

charles benoit

Que garderez-vous à l'oeil en 2015?
Tout change à une vitesse remarquable. Les gens consomment leur télé en rafale, au moment où cela leur convient, à l’endroit de leur choix, sur l’appareil qu’ils préfèrent. Cela ne fait que s’accentuer. Quand j’ai commencé à travailler dans cette industrie, nous préparions des plans d’action échelonnés sur cinq ans. Puis, ils ont été pensés sur trois ans, avant de devenir des plans annuels. Aujourd’hui, nous devons ajuster le tir presque toutes les semaines. Il s’agit d’un véritable vortex, en matière médiatique, puisque les changements arrivent de partout.

Prenons par exemple les recommandations du CRTC sur l'initiative Parlons télé, dont j’ai suivi les audiences publiques de près. Je pense que ce qui va frapper le plus fort, c’est le pick-and-pay [qui permettra aux consommateurs de ne payer que pour les chaînes de leur choix]. À mon avis, au Canada anglais, où les répercussions se feront le plus sentir, certaines chaînes ne survivront pas.

Il faudra investir massivement dans le développement des nouvelles plateformes.

Comment, dans ce contexte, assurer la survie et la santé de nos médias?
Il y aura une escalade dans la guerre au contenu, qui coûtera de plus en plus cher. Il faudra donc avoir les moyens de ses ambitions. Donc, on devra investir massivement dans le développement des nouvelles plateformes pour rendre ce contenu accessible, comme nous l’avons fait au Canada anglais avec Crave.tv, un service dont nous annoncerons la version française ce printemps. «Content is king»… et «distribution is queen». 

Charles Benoît est président, télévision et radio, Québec, de Bell Média.

comments powered by Disqus